Belgique

AU NORD DU PAYS, les propositions de loi se multiplient pour élargir le droit à l'euthanasie. En début de législature déjà, les libéraux flamands indiquaient leur souhait d'étendre cette possibilité aux mineurs, avant d'évoquer les personnes atteintes de démence. Les sénateurs VLD Paul Wille et Jeannine Leduc ont été les premiers à déposer des textes en ce sens.

Le SP.A embraie pour les personnes démentes, avec une proposition de loi cosignée par les sénatrices Christel Geerts, Jacinta De Roeck (ex-Agalev) et Myriam Vanlerberghe. Mme Geerts indiquait lundi, dans les colonnes du «Standaard», que l'euthanasie devait être un des thèmes principaux à débattre lors des prochains congrès idéologiques du parti socialiste flamand (fin 2006). Elle réclame aussi plus d'attention politique pour le problème de la démence en général, dont souffrent 500000 personnes en Belgique.

Rappelons que du côté francophone, les partis sont très réticents face à une modification de la (récente) loi dépénalisant l'euthanasie à de strictes conditions. Fin février, les chefs de groupe de tous les partis de la majorité s'étaient réunis pour évoquer les diverses propositions en matière d'euthanasie. Avec une confirmation à la clé: les francophones ne sont guère enthousiastes. Les chefs de file de la majorité sénatoriale devraient se revoir à un rythme régulier pour déterminer les points sur lesquels un consensus pourrait être atteint (comme un aménagement de la déclaration anticipée, aussi appelée testament de vie).

© La Libre Belgique 2006