Belgique

Les partis du nord du pays persistent et signent dans leur velléité d'étendre la loi sur l'euthanasie, laquelle ne s'applique à ce jour, sous de strictes conditions, qu'aux adultes consentants. Après avoir prôné il y a deux semaines l'euthanasie pour les personnes démentes, le parti socialiste flamand suggère désormais qu'elle puisse également être pratiquée chez les mineurs d'âge. Le SP.A rejoint ainsi le VLD qui avait déjà en début de législature déposé une proposition similaire.

Pour mémoire, du côté francophone, les partis restent toujours aussi réticents à modifier la loi actuelle.

Myriam Vanlerberghe et Karin Jiroflée, les deux sénatrices SP.A à l'origine de la proposition de loi en question, estiment arbitraire la limite des 18 ans. Pour elles, en quelque sorte, les souffrances, qui justifient dans la loi l'euthanasie chez un adulte, ne sont pas différentes de celles que subissent les mineurs.

La proposition de loi SP.A ne précise toutefois pas l'âge à partir duquel l'acte de fin de vie pourrait être pratiqué. Elle se réfère uniquement à la notion de «mineur capable de discernement», une notion vague, non juridique, mais sur base de laquelle la demande d'euthanasie pourrait se faire oralement. Pour les enfants qui seraient considérés non capables de discernement, la décision appartiendrait aux parents, lesquels devraient alors s'engager par écrit.

© La Libre Belgique 2006