Belgique Le vortex polaire venu de Sibérie laisse présager des chutes de neige et des basses températures dès le 20 janvier.

L’an dernier, l’hiver a été particulièrement froid avec des températures de moins 10 degrés dans le centre du pays et jusqu’à moins 18 dans les Hautes Fagnes. Une vague de froid importante avait alors été causée par un vortex polaire, et elle pourrait faire son retour cette année.

Et pour cause, le climat européen est soumis au jet stream, ces vents de haute altitude qui font le tour de la planète, d’ouest en est, propulsant habituellement les dépressions atlantiques vers notre pays, avec pluie et vent. "Depuis quelque temps, un anticyclone très costaud a bloqué cette circulation atmosphérique, générant le temps calme et sec que nous subissons. Pendant ce temps, au-dessus de l’Arctique, entre la zone polaire et la Sibérie, on observe des variations habituelles des températures en haute altitude : il arrive que des phases de réchauffement se produisent au niveau de la tropopause. Ces phénomènes sont connus sous l’appellation de ‘réchauffement stratosphérique’", explique Wim De Troyer, météorologue-prévisionniste à l’Institut royal météorologique de Belgique (IRM).

Ces réchauffements en haute altitude perturbent la circulation habituelle du jet stream, lequel se met à onduler. "Et au gré de ses ondulations, des écoulements d’air froid peuvent alors s’effectuer vers le Sud, pouvant générer des vagues de froid. C’est ce qui est en train se de produire au-dessus de la zone arctique, laissant présager d’un temps plus froid pour l’Europe de l’Ouest pour les prochaines semaines, dont la Belgique."

Ce courant froid reste autour des pôles à haute altitude, et le centre et l’ouest de l’Europe sont surtout touchés. "Il y aura chez nous ces mardi et mercredi des précipitations hivernales mais ce sera beaucoup moins important. Il pourra y avoir de la neige fondante dans les Ardennes mercredi matin mais pas en plaine."

Il y a donc un léger risque qu’il fasse très froid en Belgique, mais cela doit encore se confirmer. En revanche, la possibilité d’avoir une vague hivernale assez accentuée dans les semaines à venir est bien présente. "Dans deux semaines, soit les 20 et 21 janvier exactement, on risque fortement d’assister à un scénario où les conditions hivernales se seront aggravées. Il faut s’attendre à une vague de froid et des températures négatives."

Pour ce qui concerne des chutes de neige, c’est presque une certitude pour les Ardennes et il y a des risques élevés pour Bruxelles et la Wallonie. "L’air polaire peut nous atteindre mais peut-être pas forcément comme l’an passé. Tout dépend de la position de l’anticyclone : un peu plus vers la Russie et nous avons du vent du sud plutôt que de l’est".

Pas de quoi donc, pour le moment, parler de températures accompagnées d’un vent piquant sous les moins 10 degrés comme l’an passé. Et qu’on se rassure, dès ce vendredi, on reviendra à un temps plus doux pour au moins quelques jours.

© IPM Graphics