Belgique

Les "patrons" des armées belge et néerlandaise ont exposé mercredi au parlement les différences de moyens alloués à leurs forces armées respectives, dotées pour la première d'un budget de 2,7 milliards d'euros, en baisse prévue au cours des cinq prochaines années, et pour la seconde de 7,2 milliards d'euros, avec une perspective stable. La commission de la Défense de la Chambre avait invité le chef de la Défense (Chod), le général Gerard Van Caelenberge, et son homologue néerlandais, le général Tom Middendorp, pour une audition consacrée au futur de l'armée.

Le général Van Caelenberge a rappelé combien l'armée avait contribué depuis des années à l'assainissement des finances publiques, tout en étant à nouveau touchée par les économies décidées par le gouvernement Michel Ier - 225 millions d'euros cette année, avec d'autres coupures prévues jusqu'en 2019, soit une réduction de crédits cumulée de 1,5 milliard d'euros d'ici 2019.

Aux Pays-Bas, la situation est tout autre, a souligné le général Middendorp. Depuis l'entrée en fonction du gouvernement Rutte II, fin 2012, l'armée néerlandaise a été épargnée par les "réductions directes" de budget. Elle a même obtenu 50 millions d'euros supplémentaires pour 2015, 150 millions en 2016 et cent millions à partir de 2017, même si des charges se sont ajoutées. "Les économies se sont adoucies, mais le budget (global) continue à diminuer", selon le chef d'état-major néerlandais.

Selon lui, les Pays-Bas ont fait le choix de conserver une armée "engageable" dans toute une série de situations face aux menaces qui se multiplient en Europe de l'Est et sur le flanc sud de l'Europe.

Le général Middendorp a justifié ainsi le choix par les Pays-Bas du chasseur américain F-35 "Lightning II" pour succéder aux F-16 vieillissants.

"Vous cherchez le meilleur rendement possible pour chaque euro. Chez nous, il y avait de l'intérêt à des capacités qui peuvent être utilisées pour de nombreuses tâches", a-t-il expliqué.

Selon lui, le F-35 répond à ces exigences, alors que "beaucoup d'appareils européens sont plus specialisés pour une ou deux tâches".