Belgique

La Belgique va connaître ce mercredi une grève d’une ampleur rare, à en croire les organisations syndicales. Une grève générale qui touchera tous les secteurs ou presque, dans toutes les régions du pays et qui sera menée en front commun CSC (chrétien), FGTB (socialiste) et CGSLB (libéral). La dernière grève générale en front commun remonte à décembre 2014. À l’époque, les organisations de travailleurs dénonçaient la politique du gouvernement Michel. Cette fois, elles s’en prennent surtout aux employeurs privés, même si le secteur public se joindra à la grève par solidarité et pour lui donner une belle visibilité.

Pour des augmentations de salaire "substantielles"

À l’origine de l’action, la tournure prise par les négociations pour un accord interprofessionnel (AIP). Les syndicats, qui réclament des hausses de salaire de 1,5 % en plus de l’indexation en 2019-2020, reprochent aux employeurs leur refus d’aller au-delà de 0,8 %. Mais ils ont d’autres griefs  : maintien des prépensions (RCC) et des emplois de fin de carrière à 55 ans, augmentation de 10 % du salaire minimum, révision de la loi de compétitivité qui fixe la marge disponible pour des hausses de salaire,…

Voici, secteur par secteur, l’impact que devrait avoir cette grève sur le fonctionnement du pays.

1. Les transports en commun fortement perturbés, service minimum à la SNCB

Le trafic des trains, des Tec, de la Stib et De Lijn sera fortement perturbé. La grève touchera le rail de mardi 22h à mercredi 22h. La SNCB mettra toutefois en place un service minimum. Aux heures de pointe, la majorité des trains IC circuleront. Les TGV et les Thalys devraient évoluer normalement.

2. La grande majorité des avions vont être cloués au sol

Bagagistes, manutentionnaires, policiers ou contrôleurs aériens : de nombreux employés des aéroports devraient être en grève. Et très peu d’avions décolleront ou atterriront en Belgique. Brussels Airlines a décidé d’annuler l’ensemble de ses 222 vols prévus, ce qui représente près de 40 % du trafic total de l’aéroport de Bruxelles. D’autres compagnies devraient faire de même, tant à Charleroi qu’à Zaventem, même si Ryanair n’a encore rien annoncé et continue de vendre des billets pour le 13 février.

3. Dans les écoles, quelle que soit la mobilisation, les élèves seront accueillis

La situation variera d’une école à l’autre, et c’est pour cela que la ministre de l’Éducation laissera chaque direction communiquer ce qu’il en sera dans son établissement. Selon Joseph Thonon, président de la CGSP-Enseignement, la mobilisation devrait être au rendez-vous  : “La tension est réelle dans les écoles, notamment autour des barèmes”. Quoi qu’il en soit, tous les élèves seront accueillis.

4. Des hôpitaux travailleront en service du dimanche

La plupart des hôpitaux du pays seront touchés par la grève, annonce la Centrale nationale des employés. Selon les institutions, il y aura un service minimum (salles d’opération uniquement pour les urgences, service de dimanche limité aux soins indispensables,…) ou service limité (défini au cas par cas par service). Il pourrait y avoir des piquets devant certaines institutions pour ne laisser rentrer que le personnel requis pour le service minimum.

5. Des commerces fermés et des piquets devant certains centres

On annonce une forte mobilisation. Certaines enseignes seront fermées et il y aura des piquets devant certains magasins et centres commerciaux.

6. Les administrations touchées, la distribution du courrier perturbée

Les administrations locales et régionales – parmi lesquelles les CPAS, les provinces, les pompiers, les polices locales et fédérale et les intercommunales – prendront également part au mouvement. La collecte des déchets pourrait être perturbée. Au fédéral, les administrations devraient également être touchées. À la Poste, les syndicats n’appellent pas à la grève, mais couvriront ceux qui y prendront part. La distribution du courrier sera perturbée.

7. Des entreprises perturbées et des zonings bloqués

L’action touchera également le secteur portuaire. Les syndicats appellent les dockers à la grève, de même que les chauffeurs routiers, les taximen, les déménageurs,… Ils les invitent à rejoindre les piquets de grève qui fleuriront devant certains zonings. Les régions industrielles (Liège, Charleroi,…) devraient être particulièrement impactées.