Belgique

Ce mercredi, plus de 1000 taxis vont bloquer Bruxelles et filtrer les passages vers l’aéroport de Zaventem, en protestation contre le service de “covoiturage payant” (ou “taxis illégaux” selon les versions) Uber. Le cortège partira dès 8h depuis la Gare du Nord et se poursuivra jusqu’après 17h, soit plus tard qu’initialement prévu. “Nous devions arrêter notre action en début d’après-midi, explique Pierre Steenberghen, secrétaire général du groupement national des taxis. “Mais nous voulons absolument rencontrer le Secrétaire d’Etat à la fraude sociale, Bart Tommelein (Open-VLD) qui ne répond pas à nos appels depuis le mois de juillet". Or M. Tommelein explique dans un communiqué qu’il sera à Coxyde pour aller voir un projet de drones et qu'il ne sera pas de retour avant 17h à Bruxelles. " On se moque de nous, mais ce n’est pas grave : nous bloquerons la ville plus longtemps que prévu pour pouvoir accueillir M. Tommelein”, explique le secrétaire général.

Par ailleurs, les taxis remettent en cause les résultats de l’enquête lancée sur Uber par le Secrétaire d’Etat. D’après les conclusions de cette enquête, les chauffeurs Uber sont des chauffeurs indépendants “comme 84 % des chauffeurs de taxis à Bruxelles”. Selon Bart Tommelein, au niveau "du statut", il n’y a donc pas de concurrence déloyale des chauffeurs Uber par rapport aux taxis. “C’est n’importe quoi, peste M.Steenberghen. A Bruxelles, il y a 1400 chauffeurs salariés contre 700 chauffeurs indépendants, soit une proportion de deux tiers de salariés. On ne sait vraiment pas à quoi joue le secrétaire d’Etat". 

D’après M. Tommelein, c’est désormais au service d’inspection de l’Inasti de contrôler si les chauffeurs Uber sont “en ordre avec leurs obligations d’indépendant”.