Belgique

De nombreuses actions de grève et de grogne affectent le réseau du Tec, des zonings, des entreprises et d’autres secteurs.

Les syndicats veulent exprimer leur colère contre la réforme des pensions du gouvernement fédéral, l'attitude "déresponsabilisée" des employeurs, l'échec des négociations sur les métiers pénibles et les problèmes de pouvoir d'achat. Ils souhaitent également démontrer leur fermeté avant le début des discussions sur l'accord interprofessionnel.

Suivez notre direct


Le point sur les grèves

Transport

Tec

Sur la région de Charleroi, seules trois lignes des transports publics des Tec circulent vendredi après-midi. Aucun véhicule n'a pu sortir des dépôts du Tec Charleroi, des piquets de grève y ayant été mis en place, indique la société vers 15h. Les lignes 365a et 156a, ainsi que la 109a Charleroi - Beaumont - Chimay mais limitée à Thuillies, sont les seules qui sont en service.

Dans le Hainaut en général, la situation est très problématique. A Mons aussi, par exemple, très peu de bus circulent: 5% des services sont assurés, selon un point de la situation à 15h. Dans le Borinage, on estime à 8% les trajets qui ont effectivement lieu, dans la région du Centre à 4%. Dans l'ouest de la province, la situation est meilleure, avec la moitié des bus qui circulent.

En-dehors du Hainaut, le réseau Tec Liège-Verviers est "presque complètement paralysé", à l'exception de quelques bus du côté d'Eupen, de Liège et de Verviers.

Dans le Brabant wallon, environ 6 parcours sur 10 ne sont pas desservis vendredi après-midi. Le constat est similaire en province de Namur, tandis que cela roule plutôt bien dans le Luxembourg avec plus de 82% des véhicules qui sont de sortie.

A noter que de nombreux "Espaces Tec" sont fermés.

De Lijn

Le trafic des bus et trams de la société de transports en commun flamande De Lijn est également perturbé. Tant les lignes urbaines que régionales sont impactées. Les plus grosses perturbations ont lieu sur les réseaux d'Anvers et Gand. Dans la métropole anversoise, environ 30% des chauffeurs de tram avaient pris leur service à 07h00. Six lignes de bus sont également sérieusement perturbées. A Gand, trams et bus circulent moins souvent. Après 20h00, les lignes urbaines s'arrêteront.

Les lignes régionales sont également fortement impactées, les usagers des transports en commun en Flandre devront ainsi prendre leur mal en patience.

Voiture

Une action escargot est menée sur la RN25 par la FGTB. Le regroupement des participants a débuté à hauteur du pont de Promelles (Genappe) et le cortège se rend à la vitesse d'un tracteur, ralentissant ainsi le trafic sur la RN25, jusqu'au rond-point de Corbais puis à Wavre, avant de rentrer à Nivelles.

Les militants de la CGSP organisent un blocage filtrant au niveau du rond-point de l'Avenue Général De Gaulle à Mons, ce qui leur permet de distribuer des tracts aux automobilistes.

Par ailleurs, selon le site Inforoutes.be de la Police fédérale, des manifestants en gilet jaune bloquent la circulation vers la France à hauteur du poste-frontière de Hensies, sur l'autoroute A7/E19. Une déviation vers la France a été installée via la A19 vers Tournai-Lille. Les sorties Pommeroeul sur la A7/E19 ont été fermées dans les deux sens, vers Paris et vers Mons.

Des barrages filtrants ont été installés aux sorties 26bis à Lummen et Zolder-Terlaemen à Heusden-Zolder, provoquant d'importants problèmes de circulation sur les E313 et E314 en province de Limbourg vendredi.

Avion

La journée d'actions syndicales ne perturbe pas les services de Brussels Airport vendredi matin, a indiqué l'entreprise. Tout s'y déroule normalement pour l'instant. Il n'y a pas de problème au check-in, ni à la livraison des bagages, ni aux contrôles, a précisé la porte-parole de l'aéroport. Dans le cadre de la journée nationale d'actions, les syndicats des employés des sociétés de manutention des bagages ont lancé un appel à participer à la grève. Le syndicat socialiste des transports avait prédit une large participation. "Il y a effectivement des mouvements de grève mais il y a suffisamment de personnel pour mener les opérations", a-t-elle ajouté.

Les voyageurs ont reçu pour conseil de la part de l'aéroport de voyager uniquement avec des bagages à main.


Perturbations et blocages

Du côté du Brabant wallon

Les zonings de Saintes (Tubize), Nivelles Sud et Wavre Nord font l'objet d'actions de blocage ce vendredi matin. D'importantes entreprises du Brabant wallon sont également à l'arrêt. C'est le cas de GSK à Wavre, de Twindisk à Nivelles, des entreprises de travail adapté Village n°1 (Braine-l'Alleud) et Axedis (Limal), des carrières de Quenast, de Derbigum (Perwez) ou encore de Clariant (Louvain-la-Neuve). Un piquet de grève est installé devant NLMK Clabecq.

En Wallonie picarde

Plusieurs zonings industriels en Wallonie picarde (Hainaut occidental) sont bloqués par le front commun syndical FGTB-CSC. Ces actions sont menées à Mouscron, Tournai, Ath, Antoing et Leuze. Les premières actions ont débuté vers 5h dans la région de Mouscron, où les deux principaux zonings industriels ont été bloqués par des piquets de grève. "Une centaine de personnes participent à ce blocage. Les zonings seront bloqués jusqu'à minuit. Il n'y a eu aucune réaction négative des travailleurs qui avaient été avertis de nos actions par la presse et les réseaux sociaux", explique Gaëtan Vanneste, secrétaire régional FGTB Wallonie picarde.

A Mouscron, des barrages filtrants seront en place aux ronds-points des Bobines, dit des cônes, et de la Martinoire jusque 09h30. Dans la région de Tournai, le zoning d'Orcq-Marquain est totalement bloqué. Toutes les entreprises sont à l'arrêt. Même situation dans le zoning de Leuze où la société Ecofrost est bloquée ainsi que dans le zoning de Ghislenghien (Ath) où le dépôt du Colruyt est aussi à l'arrêt.

A Antoing, la rue du Coucou, entre Antoing et Vaulx (Tournai), est totalement bloquée. Cela concerne les entreprises extractives et de la transformation de la pierre (Cimescaut, Recyhoc, LMET, Bétons réunis...). Seule la clinckererie CBR travaille en mode mineur. A la limite de Fontenoy (Antoing) et de Gaurain (Tournai), le rond-point de la sucrerie Iscal Sugar est aussi bloqué.

Depuis 7h, à l'initiative de la CSC Hainaut occidental, une action de sensibilisation des automobilistes à la réforme envisagée par le gouvernement dans le dossier des métiers pénibles et des pensions est aussi menée au rond-point "Haricot" de la Dorcas. La CSC mènera en fin de matinée une action similaire dans le zoning de Péruwelz.

Liège

L'appel à soutenir la journée nationale d'actions syndicales a été bien entendu en région liégeoise où on estime qu'une centaine d'entreprises connaissent des perturbations. Ces entreprises sont soit complètement à l'arrêt, soit des piquets de grève y sont établis, a indiqué vendredi matin Gaëtan Stas, président de la CSC Liège Huy Waremme, à l'occasion du rassemblement organisé par le syndicat devant le CHU de Liège. Ce rassemblement devant le centre hospitalier, un des plus importants employeurs publics de la région, se voulait symbolique. Aucun blocage n'a été opéré. Alors que certains grévistes plaçaient des tracts sur les pare-brises des voitures ou les distribuaient aux visiteurs, d'autres interprétaient des chansons dont les paroles avaient été modifiées sur base des thématiques défendues. "Salaires de misère", "taxes d'enfer", "privatisation", "pension à 65 balais"... étaient autant de critiques adressées au gouvernement.


Selon Gaëtan Stas, l'appel à manifester a été bien entendu en région liégeoise où l'on dénombre entre 100 et 120 entreprises qui connaissent des perturbations. Celles-ci sont soit complètement à l'arrêt, soit des piquets de grève y ont été établis. C'est le cas par exemple devant l'entreprise Newelec à Herstal, qui est celle du président de l'Union wallonne des entreprises, où les travailleurs se sont rassemblés autour d'un feu.

Plus tôt dans la matinée, des travailleurs d'entreprises présentes dans le zoning des Hauts-Sarts (Herstal) ont bloqué le rond-point donnant accès au zoning, ce qui a eu des répercussions sur le trafic.

Bruxelles

La journée nationale d'actions syndicales provoque de légères perturbations chez Audi Bruxelles à Forest. Entre 20 et 30% des employés ont débrayé et donc tous les départements de l'usine, certains plus touchés que d'autres, ne sont pas effectifs à 100%. Aucune entrée du bâtiment n'est toutefois bloquée par des piquets de grève. Audi n'a pas encore pu évaluer les conséquences de ces actions à long terme.

Namur

Environ 300 à 400 syndicalistes, selon les organisateurs, manifestent vendredi matin devant le siège du MR et les bâtiments de l'Union des Classes Moyennes (UCM) à Namur. A Bouge, une délégation de la FGTB rencontre en ce moment David Clarinval, le chef du groupe du MR au Parlement fédéral et au Sénat. A Wierde, plusieurs membres de la CSC doivent s'entretenir vers 10h30 avec le président de l'UCM, Pierre-Frédéric Nyst.

"Si le gouvernement ne veut pas nous entendre, il faut que les employeurs le fassent", explique Isabelle Meerhaeghe, secrétaire fédérale de la CSC Namur-Dinant. "Une fédération patronale comme l'UCM est donc un interlocuteur important en vue d'une meilleure concertation sociale et de nouvelles négociations".

L'action devant le bâtiment du MR à Namur devrait durer jusqu'à 11h pour ne pas gêner la circulation. Celle devant l'UCM devrait se terminer à 13h. Des militants du Réseau wallon de Lutte contre la Pauvreté (RWLP) et des gilets jaunes sont également présents.

Une autre manifestation appuyée par la CNE se tiendra à 13h devant les bureaux de l'Unessa, une organisation patronale qui fédère près de 300 structures wallonnes travaillant dans le secteur des soins de santé.

Des piquets de grève sont également en cours dans une trentaine de sociétés de la région, selon la CSC. Parmi elles, Materne-Confilux à Floreffe, Mondelez à Rhisnes, Père Olive à Andenne ou encore le dépôt Aldi du zoning d'Isnes (Gembloux). Le chantier naval Meuse&Sambre et l'entreprise de travaux Ronveaux à Ciney (Wanty) sont également concernés.

Une distribution de tracts est par ailleurs organisée dans tous les hôpitaux du namurois afin de sensibiliser le personnel et les patients.

Flandre

Par ailleurs, une nonantaine d'entreprises en province de Flandre orientale sont touchées par les mouvements de grève, dont une quarantaine sont totalement à l'arrêt, selon Marc Staelens, le secrétaire régional de la FGTB-Metal flamande, citant notamment Volvo Cars, Volvo Trucks, Tower Automotive, Honda, Bekaert Aalter et Arcelor Mittal. Plusieurs barrages ont été recensés dans la région de Gand, ce qui provoque de gros embarras de circulation.