Belgique Des victimes des attentats du 22 mars 2016 se plaignaient d’être surveillées par des détectives privés.

L’information, que nos confrères La DH avait pu révéler l’an passé en lien avec les attentats de Bruxelles, avait suscité un vif émoi. Jean-Paul Tieleman, avocat d’une septantaine de victimes, soutenait avoir reçu "plusieurs dizaines de vidéos filmées par des détectives privés" mandatés par les assureurs. Leur objectif, selon lui, était de décrédibiliser le discours de ses clients avec des images qui laissent penser qu’ils n’iraient pas aussi mal qu’ils prétendent.

Du côté des assureurs, on n’avait pas démenti. On confirmait au contraire tout en précisant que la pratique est courante et strictement réglementée. Et nécessaire ? (...)