Belgique

Résumé d'une journée tendue.

13 h ce dimanche sur le rond-point Schuman : les premiers manifestants “anti-Marrakech” arrivent. Partisans du Vlaams Belang, membres de Shild&Vrienden et de différents groupuscules d’extrême droite se rassemblent pour protester contre le pacte de l’ONU sur les migrations. Les regards sont noirs mais les visages s’affichent encore. Le bruit de quelques pétards lancés par-ci par-là, interrompt le bruit des slogans comme “notre peuple d’abord” ou “Michel démission”. Les représentants du Voorpost prennent alors la parole. Chacun s’insurge contre la décision de Charles Michel d’approuver le pacte de l’ONU. Le tout en flamand. On croise d’ailleurs très peu de francophones pour ne pas dire aucun. Et pourtant, la manifestation rassemble un soutien important. Près de 5.500 personnes ont fait le déplacement. Bien plus que lors du rassemblement, plus tôt dans la matinée de ce dimanche, des manifestants en faveur du pacte sur la migration. Ils étaient 1.500 de leur côté, autour de la colonne du Congrès.

L’affrontement entre les deux groupes n’a heureusement pas eu lieu. Les tensions, tant redoutées avant ce dimanche, ont finalement été limitées.


Certes, vers 14 h, la police de Bruxelles-Capitale Ixelles a dû faire face à des débordements autour du rond-point Schuman mais dans l’ensemble la situation a été maîtrisée. On déplore quelques vitrines brisées mais l’intervention notamment de la cavalerie et l’utilisation en masse de gaz lacrymogènes a permis finalement de disperser les fauteurs de troubles.

© BELGA

Vers 16 h 30 ce dimanche, le quartier européen retrouvait son calme habituel du week-end.

Au total, la police a procédé une centaine d’arrestations, administratives pour la plupart. La police de Bruxelles-Capitale Ixelles a également pu récolter un certain nombre d’images de manifestants. Images qui devraient lui permettre, dans les prochains jours, d’identifier les casseurs du rond-point Schuman.

© BELGA

Philippe Close remercie les forces de l'ordre

Le bourgmestre de la ville de Bruxelles a tenu à félicité ses policiers au terme de ce week-end. Ce dimanche soir, il nous confirmait vouloir renforcer les équipes le plus rapidement possible : “Il manque 200 policiers pour notre zone et 400 pour la Région. Ce n’est plus qu’une question de budget mais plutôt de volonté de recrutement au niveau fédéral. Nous avons montré qu’on savait bien gérér les choses, ce week-end encore mais la pression est permanente sur nos hommes et nos femmes policiers. Ils tiennent le coup mais il faut agir préventivement avant qu’ils ne craquent”.