Belgique

"Il faut que toute la lumière soit faite. Nous nous sommes à l'époque trop préoccupés de l'image de l'Eglise et pas assez de la souffrance des victimes", déclare Monseigneur Léonard dans une interview publiée par Kerk&Leven et consacrée aux abus sexuels au sein de l'Eglise.

Selon lui, la commission Adriaenssens a accompli un travail exemplaire, mais "si on nous reproche continuellement de mener une justice parallèle, il nous est impossible d'accompagner les victimes, même spirituellement. La seule chose que l'on puisse encore faire, c'est de réunir un groupe de personnes dans chaque évêché pour qu'il écoute les victimes et les aide." Mgr Léonard revient aussi sur sa première année en tant que nouvel archevêque. "L'enthousiasme avec lequel j'ai été accueilli fut inoubliable et encourageant", dit-il.

Il affirme ne pas avoir été blessé par les remous créés l'année dernière par certaines de ses déclarations. "J'ai surtout été surpris de voir que les journalistes ne prennent pas la peine de replacer certaines déclarations dans leur contexte. Je n'ai jamais dit que le sida était une punition de Dieu, et je ne dirai jamais ça. Mais finalement, c'est tout ce que le grand public retiendra."