Belgique

C'est la faute aux médias! Pour expliquer l'ascension du Vlaams Blok, beaucoup d'observateurs accusent volontiers l'attitude des principaux médias flamands à l'égard du parti extrémiste.

La VRT, par le poids qu'elle occupe sur la scène médiatique, est en première ligne. La chaîne publique flamande est dans le collimateur des observateurs en quête d'explications de la vague brune. Ainsi, le politologue Luc Huyse déplore le manque d'intérêt pour les questions de fond au profit des «petits détails anodins». Les sociologues Bea Cantillon et Koen Raes s'en prennent à «Doe de stemtest» - programme ludique diffusé par la VRT durant la campagne électorale -, accusé de simplifier et de banaliser la politique. Quant à Rik Van Cauwelaert, rédacteur en chef de «Knack», il estime que «la manière dont la VRT a informé sur le Blok est un scandale»...

Face à ces critiques, la VRT a choisi de réagir par un texte de trois pages signé par 29 journalistes et membres de la rédaction en chef (télé, radio et Internet). «Ce qui nous frappe dans ces critiques, écrivent-ils dans un document titré «La VRT et les élections», c'est surtout l'unilatéralisme des remarques qui contraste fortement avec la présentation nuancée poursuivie par la VRT dans ses programmes électoraux».

La VRT s'est assignée une double mission, disent les signataires: informer sur les faits et le contenu, d'une part, rapprocher la population de la politique, d'autre part. «De ce point de vue, la VRT a réussi». En témoignent, disent-ils, le nombre de téléspectateurs, d'auditeurs et d'internautes ayant suivi la kyrielle de programmes consacrés par la chaîne aux élections, soit près de 4,5 millions de Flamands! «Jamais, dans son histoire, la chaîne publique n'avait informé autant de monde sur la politique; jamais le service public n'avait offert une programmation électorale aussi nuancée», affirment-ils.

Quant au traitement réservé au Blok, la VRT estime qu'elle a de tout temps subi les critiques. «Quoi qu'on fasse, ce n'est jamais (assez) bien». La chaîne publique flamande dit s'attacher à trois principes: impartialité, indépendance et esprit critique. «C'est la raison pour laquelle nous avons traité le Vlaams Blok avec la même attitude critique que pour tous les autres partis», expliquent-ils, tout en signalant chaque fois aux téléspectateurs ou aux auditeurs les attaques du Blok contre des principes démocratiques.

«Le Blok a progressé non pas à cause, mais malgré les médias. Personne ne sait aujourd'hui la meilleure façon d'aborder le Blok. (...) Mais une approche défensive ou une exclusion du Blok n'est plus d'actualité», concluent les 29 signataires.

A titre d'information, précisons que suite aux élections régionales du 13 juin, le nombre de représentants du Blok au conseil d'administration de la VRT devrait passer de 2 à 4 membres. Soit un tiers des sièges!

© La Libre Belgique 2004