Belgique

La police a interpellé mardi à Bruxelles 154 personnes, dont plusieurs eurodéputés d'extrême-droite, qui voulaient participer à une manifestation interdite contre "l'islamisation de l'Europe", a annoncé le bourgmestre (maire) de la ville Freddy Thielemans. "Il y a eu 154 arrestations administratives", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, précisant que toutes ces personnes seraient relâchées dans les prochaines heures. Le bourgmestre socialiste avait décidé en août d'interdire ce rassemblement programmé pour le 6e anniversaire des attentats du 11 septembre, craignant des troubles avec la population d'origine immigrée de Bruxelles.

Le président du parti d'extrême-droite indépendantiste flamand Vlaams Belang, Frank Vanhecke, également député européen, et le chef historique du parti, Filip Dewinter, font partie des personnes interpellées. La police a porté plainte contre eux pour violences sur le chauffeur du fourgon dans lequel ils ont été emmenés, selon le chef de la police bruxelloise, Roland Van Reusel. Deux autres eurodéputés ont été interpellés: l'Italien de la Ligue du Nord Mario Borghezio et le Français du Front National Carl Lang.

"Les gouvernements ne veulent rien faire contre l'islamisation de l'Europe, phénomène mortel pour notre civilisation. Leur seule initiative, c'est de réprimer ceux qui s'y opposent", a dénoncé Michel Hubault, membre du bureau politique du Front national présent à la manifestation. Cette manifestation, pour laquelle un important dispositif policier avait été prévu, n'a en réalité pas eu lieu. Vers 10H00 GMT, des petits groupes ont commencé à arriver à proximité de la Commission européenne et du Parlement européen, où s'étaient rassemblés des journalistes bien plus nombreux qu'eux. Une partie de ces manifestants, crane rasé, blouson noir et affichant des écussons aux couleurs de la Flandre, la région néerlandophone du nord de la Belgique, ont immédiatement été menottés et emmenés dans les fourgons de police.

"Je suis choqué, je croyais que nous étions dans un pays démocratique", a réagi un des organisateurs de la manifestation, Anders Gravers, de l'association "Stop the Islamisation of Europe" ("Arrêtez l'islamisation de l'Europe"). Cette association regroupe notamment le parti danois anti-islam SIAD, le groupe néerlandais No Sharia Here (Pas de Charia ici: ndlr) et les Allemands de Pax Europa.

Les organisateurs, qui espéraient à l'origine réunir quelque 20.000 personnes, avaient choisi sciemment la date du 11 septembre. Le 11 septembre 2001, ce sont les islamistes "qui ont fait tomber les tours jumelles, et nous voulons arrêter ça", a expliqué Stephen Gash, co-fondateur du SOIE.

Le secrétaire général du Conseil de l'Europe Terry Davis a dénoncé mardi cette manifestation, "honteuse démonstration de sectarisme et d'intolérance".