Belgique

Le Musée Juif de Belgique poursuit ses activités "plus et mieux" qu'avant la fusillade perpétrée dans l'établissement il y a un an, se réjouit son président Philippe Blondin. Alors que le nombre de visiteurs continue de croître, le musée entame une réflexion pour accentuer les liens de la communauté juive avec les autres cultures dans sa prochaine scénographie. 

"Lorsqu'un événement tragique se passe, c'est toujours l'occasion de se remettre en question", estime M. Blondin. Fermé après l'attaque du 24 mai 2014 qui a coûté la vie à quatre personnes, dont une bénévole et un employé du musée, l'établissement a rouvert ses portes quatre mois plus tard. Dans l'esprit d'ouverture qui est le sien. Ses responsables ont tout de même dû se résoudre à des mesures de sécurité renforcées. Des militaires surveillent l'entrée, tandis qu'un portique détecteur de métaux et un sas de sécurité filtrent les visiteurs.

Ceux-ci, manifestement rassurés par les dispositifs mis en place, continuent d'affluer. Les chiffres de fréquentation sont même en augmentation depuis la fusillade. Entre 80 et 250 personnes par jour visitent le lieu, selon sa porte-parole Chouna Lomponda. "Le nombre de visiteurs ne fait que croître. Mais c'est une tendance en cours depuis que nous organisons des expositions temporaires, qui rendent le musée plus attractif", ajoute Philippe Blondin.

Le président et son équipe se sont sentis "encouragés" par les nombreuses marques de soutien adressées de Belgique et du monde entier. Ces témoignages de solidarité ont émané de toute la population, quelle que soit sa confession, car "tous ceux qui ne sont pas dans la ligne des fous de Dieu en sont des cibles potentielles", relève-t-il.

Si les événements ont affecté la manière dont le dirigeant conçoit sa mission, c'est davantage d'ouverture qu'il désire et certainement pas un repli sur soi. "Nos conservateurs mènent actuellement une réflexion pour voir comment rebondir sur ce qui s'est passé. Dans notre prochaine scénographie, nous voulons davantage de liens d'ouverture, d'échange, pour jeter des ponts entre les classes, les cultures et les religions."

"Comme nous, les Juifs, il y a en Belgique des personnes d'une autre culture qui sont passées par les mêmes difficultés d'intégration que nous. Nous avons de nombreux points communs avec les chrétiens et les musulmans. Nous devons mieux les comprendre pour améliorer le respect mutuel." Et le président d'évoquer Abraham, les fêtes "copiées les unes sur les autres" ou les croisades et la Reconquista espagnole subies tant par les Juifs que les musulmans.

"Lorsqu'un événement tragique se passe, c'est toujours l'occasion de se remettre en question. Nous avons un devoir d'excellence vis-à-vis des quatre victimes", conclut M. Blondin.

Après une exposition sur l'auteur de bandes dessinées Gotlib, le "Nouvel espace contemporain" du Musée Juif présente jusqu'au 24 août des photographies d'Henri Cartier-Bresson consacrées notamment à la Résistance.

A l'automne, l'établissement fermera ses portes le temps d'un chantier de reconstruction. Le projet date d'avant l'attentat mais de nouvelles exigences en matière de sécurité y ont été intégrées. Seule la façade du bâtiment restera en l'état. L'intérieur sera complètement repensé. Le musée sera développé sur six étages et disposera d'un auditorium de 150 places.


Une cérémonie d'hommage aura lieu ce dimanche 24 mai

Une cérémonie d'hommage aux quatre victimes de la fusillade aura lieu dimanche, un an jour pour jour après les faits, devant l'établissement. Le Musée sera exceptionnellement fermé pour cette raison, indique celui-ci sur son site internet.

Le 24 mai 2014, un homme armé pénétrait dans le Musée Juif, rue des Minimes à Bruxelles, et abattait froidement quatre personnes. Emanuel et Miriam Riva, un couple de touristes israéliens, et Dominique Sabrier, une bénévole française, sont morts sur le coup. Alexandre Strens, le préposé à l'accueil, est décédé de ses blessures une dizaine de jours plus tard.

Afin de commémorer leur souvenir, le Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) invite les citoyens à un rassemblement devant le Musée dimanche à 15 heures.

"En leur mémoire, le Musée sera fermé", annonce par ailleurs l'institution culturelle de la capitale sur son site internet.