Belgique

La cour d'assises de Bruxelles a procédé, ce mercredi vers 9h20, au remplacement du 7e juré qui a dû partir pour raison personnelle peu après son arrivée au palais de justice mercredi en début de matinée. C'est le troisième juré effectif qui doit être remplacé depuis le début du procès de l'attentat au Musée juif de Belgique.

La cour d'assises de Bruxelles avait d'abord donné la parole à Mehdi Nemmouche, mardi après-midi, mais ce dernier n'avait pas voulu s'exprimer, mécontent du refus de la cour d'entendre les témoins que ses avocats avaient sollicités. Nacer Bendrer, quant à lui, a répondu aux questions de la cour. Il a confirmé sa dernière version, soit que Mehdi Nemmouche lui a bien demandé une kalachnikov en avril 2014, mais ne lui a jamais fourni une telle arme.

Les deux hommes sont accusés devant la cour d'assises de Bruxelles pour avoir été auteurs ou co-auteurs de l'attentat au Musée de juif de Belgique le 24 mai 2014, qui avait fait 4 morts

La cour d'assises de Bruxelles poursuit ce mercredi son interrogatoire de Nacer Bendrer, avant de laisser les jurés, les avocats et les procureurs poser leurs éventuelles questions à celui-ci.

Relisez notre suivi de la journée



Le parquet fédéral demande la récusation de la 2e jurée suppléante

Le procureur fédéral Bernard Michel a également demandé la récusation de la 2e jurée suppléante, devant la cour d'assises de Bruxelles. Il s'est avéré ce mercredi matin que cette jurée a un lien de parenté avec l'un des enquêteurs qui sera entendu durant le procès de l'attentat au Musée juif perpétré en 2014. Me Julien Blot, avocat de Nacer Bendrer, a également demandé la récusation de la jurée concernée.

Me Sébastien Courtoy, conseil de Mehdi Nemmouche, lui, a dit ne pas s'opposer au maintien de la jurée, tout comme Me Michèle Hirsch, avocate de la partie civile.

"Il est possible que, pendant les débats, un juré reconnaîtra un témoin comme son voisin ou comme un policier qui lui a dressé un PV... Je pense qu'il faut s'en référer au serment d'impartialité que les jurés ont prêté, sinon ça peut être sans fin", a déclaré Me Hirsch.


"L'arme? Je lui ai dit: j'ai pas trouvé"

Nacer Bendrer avait confirmé que son ancien compagnon de cellule lui avait demandé de lui trouver une kalachnikov, sans lui dire pour quelle raison il avait besoin d'une telle arme. "Lorsque vous êtes ensuite revenu à Marseille, que s'est-il passé?", a questionné la présidente de la Cour d'assises Laurence Massart, ce mercredi. "Mehdi Nemmouche m'a appelé souvent. Je lui ai dit: j'ai pas trouvé, j'attends et voilà. J'ai pas été formel", a répondu Nacer Bendrer. Il est soupçonné d'avoir fourni des armes à Mehdi Nemmouche, avec lesquelles celui-ci aurait commis l'attaque.