Belgique

A la rentrée scolaire dernière, présentant une initiative relative à la gratuité des soins dentaires pour les plus jeunes, le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Rudy Demotte, avait fait part de futurs projets en matière d'éducation sanitaire. Saluant les heureuses campagnes prônant la consommation de fruits et légumes dans les écoles, un médecin présent à cette occasion pointa du doigt les distributeurs de sodas qu'il aurait bien vu remplacés par des distributeurs de fruits. L'idée n'est visiblement pas tombée dans l'oreille d'un sourd puisque, aujourd'hui, cette mesure semble figurer au «Plan nutrition et santé» que sont en train de concocter les experts mandatés par le ministère de la Santé.

Dévoilées, mercredi, par nos confrères de «La Dernière Heure», les premières pistes d'actions évoquées dans le cadre de ce plan contiennent des mesures concrètes.

Outre la suppression de distributeurs de boissons sucrées dans l'enceinte des établissements scolaires et la mise en place de distributeurs de fruits, le ministre entend promouvoir la distribution gratuite de produits sains comme le lait ou les fruits dans les écoles primaires. Quant aux cantines, pourquoi ne pas suggérer la rédaction d'un document décrivant la composition d'un repas équilibré?

Et si des initiatives doivent être menées dans le cadre scolaire, l'industrie alimentaire a également un rôle à jouer, au niveau de l'étiquetage, notamment. La simplification de la lecture des étiquettes et l'instauration d'un label - via des logos - signalant les produits garantis selon les critères du «Plan nutrition et santé» sont à l'ordre du jour, de même qu'un code de conduite à négocier avec les fabricants et les distributeurs au niveau du contenu des campagnes publicitaires.

Outre les écoles et le secteur alimentaire, le monde médical figure également parmi les acteurs de première ligne visés pour relever le défi de l'obésité. Il leur incombera en effet de sensibiliser dès que nécessaire les patients aux risques liés à la surcharge pondérale.

Rudy Demotte poursuit par ailleurs son projet de mise sur pied de centres de référence de l'obésité au sein de certaines structures hospitalières.

Les spécificités belges

Dans ce grand combat contre les kilos en trop, reviennent systématiquement certains mots, dont la sédentarité. Que ce soit à l'école, en famille, dans le quartier, avec les seniors, l'activité sportive doit être inscrite au programme. Pour favoriser cette pratique, le ministre de la Santé entend faciliter l'accessibilité aux infrastructures sportives.

«La Belgique doit s'inspirer des objectifs visés dans les plans élaborés par les autres Etats membres et par l'OMS, afin d'élaborer une stratégie, peut-on lire dans le «Plan nutrition et santé», mais il est important que des objectifs adaptés à la Belgique et spécifiquement belges soient visés. La stratégie mise en place via ces objectifs devra permettre d'établir des recommandations de santé publique afin de diminuer les facteurs de risques de maladies et de promouvoir les facteurs de protection de la santé».

© La Libre Belgique 2004