Belgique

A priori, il y a peu de chances que le gouvernement bruxellois revienne sur ses intentions. Dès le début de l’an prochain, il ordonnera la restructuration de l’entrée en ville de l’autoroute de Liège, l’E40. Et l’opération passera bien par une réduction, de 12 à 6, du nombre de bandes de circulation. N’en déplaise au groupe CDH du Parlement bruxellois qui, lundi soir, se fendait d’un communiqué ulcéré pour réclamer le report de la première phase de ce vaste plan, pourtant objet d’un accord politique depuis 2010, une fuite ayant programmé le début de l’opération pour janvier prochain.

A vrai dire, le CDH ne s’oppose pas au principe de ce masterplan qui propose la refonte d’un quartier entier, à cheval sur les communes de Schaerbeek, d’Evere et de Woluwe-Saint-Lambert. C’est le timing qui l’indispose. "Si la transformation des fins d’autoroute en boulevards urbains est à terme une vision que nous défendons, nous ne pouvons pas faire comme si rien ne s’était passé à Bruxelles ces derniers mois", estiment les députés Cerexhe et Fassi-Fihri, citant la fermeture des tunnels, le lockdown et le report du RER. En conséquence, le contexte bruxellois ne se prête pas à ce genre d’aventure urbanistique et le gouvernement se doit d’ajourner son projet. Objectif : éviter le scénario du piétonnier bruxellois.

Cette position de la part du CDH en a supris certains car dimanche, devant les téléspectateurs du JT de la RTBF, l’échevin schaerbeekois de la Mobilité, un CDH, Denis Grimberghs avait détaillé le projet sans marquer de surprise. Pour rappel, il s’agit de réduire à deux fois trois bandes de circulation la portion d’autoroute située entre le ring et l’entrée de Bruxelles pour récupérer un espace urbanisable. Recontacté par "La Libre", Denis Grimberghs confirme la bonne information de la commune de Schaerbeek (qui a remis un avis comprenant certaines demandes). "La commune ne se prononce pas sur le timing", ajoute-t-il. Pour info, ce projet a déjà été retardé en raison de la crise des tunnels.

Le PS tacle le CDH et l’Open VLD

Au PS, c’est la consternation. "Je demande le respect de l’accord de gouvernement, dit le député-échevin d’Evere Ridouane Chahid. Le timing était connu et il est temps que les Bruxellois prennent leurs responsabilités. Les dernières études démontrent que cette mesure n’aura pas d’impact sur les flux de circulation, même si à terme, notre objectif et de diminuer la pression automobile dans la capitale. Et celui qui crie au chaos annoncé ne comprend rien au dossier (il répond ici aux critiques de la députée Open VLD Els Ampe, NdlR) ".

Le ministre-Président bruxellois, Rudi Vervoort (PS) n’a pas souhaité réagir à la demande du CDH. La réunion du gouvernement bruxellois de ce jeudi devrait arrondir certains angles. Que va faire Céline Fremault, la ministre CDH du gouvernement Vervoort ? Elle va demander si un report de quelques semaines n’est pas nécessaire. Objectif : entamer la première phase de test dans les meilleures conditions, répond son porte-parole qui précise que ce point n’est pas encore passé au gouvernement. "Il n’y a pas de rififi au sein du parti à ce sujet", précise-t-il.

Autre membre de la majorité, Défi soutient le projet, confirme le chef de groupe Emmanuel De Bock. L’Open VLD pourrait quant à lui se braquer dans un dossier qui concerne des milliers de navetteurs et d’habitants.