Belgique

L'administration de la Communauté française est en train de mettre en place un portail informatique sécurisé qui permettra aux écoles de tous les réseaux de signaler les faits de violence auxquelles elles seraient éventuellement confrontées. Interrogée la veille en Commission du parlement de la Communauté française par Jean-Luc Crucke (MR) à propos des abus sexuels commis dans les écoles, la ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet avait dit ne disposer que de chiffres concernant l'enseignement organisé par la Communauté. En 4 ans, dix cas graves et vingt moins sérieux y ont été signalés, avait-elle dit.

Réinterrogée mercredi en séance plénière du parlement par le même député, la ministre a précisé que le portail évoqué par M. Crucke ne concerne pas spécifiquement les abus sexuels. Il constitue l'un des instruments mis en place dans le cadre d'un plan de lutte contre la violence scolaire en général, dont les abus sexuels font toutefois partie, a expliqué la ministre.

D'autres mesures ont été prises dans le cadre de la lutte contre la violence, comme le numéro vert destiné à aiguiller les responsables scolaires vers les services d'aide ou encore la mise en place d'un observatoire de la violence, a encore souligné Mme Simonet.