Belgique

Les maisons de détention à petite échelle sont dans les cartons de Koen Geens (CD&V), ministre fédéral de la Justice. Si son masterplan Prisons III passe le cap du Conseil des ministres, il lancera un projet-pilote. Mais un projet-pilote verra aussi le jour du côté francophone. Rachid Madrane (PS), ministre en charge des maisons de justice, propose en effet d’adapter le modèle québécois des maisons de transition, qui permettent aux détenus de préparer leur retour à la société.

Bientôt des maisons de transition en Belgique ? Au niveau fédéral, un projet existe sur papier à Haren, en lisière de la mégaprison de 1200 places qui doit remplacer, d’ici 2018, les actuels établissements pénitentiaires de Saint-Gilles, Forest et Berkendaal.

Dans ce cas précis, il s’agira de petites maisons communautaires - ouvertes - pour femmes, avec une capacité totale de 60 places, situées en dehors du complexe pénitentiaire. Les détenues pourront travailler à l’extérieur, cuisiner, entretenir un potager… Bref, vivre aussi normalement que possible avant de reprendre pied dans la société.

(...)