Belgique

Dans les heures qui ont suivi l’horreur des attentats, des sentiments mitigés voire le doute ont envahi les esprits des chrétiens belges en pleine préparation des célébrations de la semaine sainte. 

Fallait-il ou non annuler les messes chrismales et autres temps forts de la montée vers la fête de Pâques ? Finalement, certaines ont pu avoir lieu. Ce scepticisme traversa aussi les responsables des autres cultes mais très vite les responsables ont délivré seuls puis ensemble des messages appelant à se retrouver plutôt qu’à se diviser.

L’initiative est passée inaperçue mais sous la houlette du ministre Geens, chargé des Cultes (au sens générique et donc aussi des autres courants philosophiques) les six religions et la laïcité organisée ont manifesté ensemble "leur ardent souhait que notre pays reste fort dans la solidarité et la cohabitation pacifique entre personnes de toutes religions ou convictions philosophiques" . Une démarche qui se poursuivra pour les différentes familles chrétiennes par une grande veillée œcuménique ce lundi de Pâques à 18 heures à la cathédrale de Bruxelles.

"Ils ont eu le sang, ils n’auront pas la haine"…

En même temps, il y a eu divers appels à poursuivre le dialogue de la part d’organisations de terrain comme Justice et Paix, Pax Christi ou encore l’ASBL Magma qui ont invité à montrer "de la solidarité à l’égard des victimes" mais aussi "de la fraternité avec tous" car "chaque pensée, chaque acte d’ouverture et de paix constituera une défaite de la terreur et une victoire de l’avenir"

De même, ceux qui sont engagés dans le rapprochement avec l’islam ne pouvaient être en reste. Comme ils le firent lors des attentats de Paris de début et de fin 2015, les membres du groupe islamo-chrétien de Bruxelles et de Louvain-la-Neuve se sont mobilisés pour répandre "des semences de paix" .

Saint-François invité à la prière du vendredi

En cette veille de Pâques, la démarche la plus symbolique est cependant venue des communautés catholique et musulmane néolouvanistes. Mercredi, la paroisse Saint-François avait invité les responsables de la mosquée de la cité universitaire à la messe des étudiants. 

L’occasion de livrer un message de paix mais aussi d’inviter les chrétiens à la prière du vendredi à la mosquée. 

Un temps fort qui a impressionné le curé de Louvain-la-Neuve, le Père Dominique Janthial qui en a pourtant vu d’autres notamment au Proche-Orient : "Son prêche face à une centaine d’étudiants porta sur le sens de la responsabilité. Il n’esquiva pas le fait que les musulmans avaient aussi des extrémistes qui portaient la division hors mais aussi au sein de leur communauté. Un appel évident à se retrouver autour des valeurs essentielles..." Et sans nul doute un beau message pascal…