Belgique

Si le dossier de l’Institut "La Vertu" devait aboutir, ce serait une première puisque jusqu’à présent, il n’y a aucune école de confession musulmane reconnue par la Communauté française dans l’enseignement secondaire ordinaire.

Pour l’heure, nous restons donc au conditionnel. Néanmoins, le Conseil général de concertation pour l’enseignement secondaire a récemment rendu deux avis quant aux demandes de reconnaissance des écoles "Al Amal" à Anderlecht et "La Vertu" à Schaerbeek.

Rétroactes

Pour rappel, les deux ASBL qui chapeautent chacun des projets - l’ASBL "Ibn Khaldoun" et l’ASBL ECIB (Enseignement confessionnel islamique de Belgique) - avaient déjà introduit en 2012 auprès de l’Administration générale de l’enseignement obligatoire une demande de reconnaissance pour fonder des écoles secondaires de confession islamique. Dans le premier cas, le Conseil général avait rendu un avis rendu négatif car le dossier était incomplet. Dans le second cas, le dossier était complet, mais parvenu très tardivement au Conseil général.

"Al Amal", dossier "plus douteux"

Aujourd’hui "mieux structurés", ces deux dossiers sont revenus récemment sur la table du Conseil général. Celui-ci les a examinés et a à nouveau rendu un avis.

Pour la demande d’ouverture de l’école "Al Amal" à Anderlecht, le Conseil général ne s’est pas prononcé favorablement. "Le dossier était plus douteux par rapport à certains aspects, même en matière de projet pédagogique, rapporte ce membre du Conseil général. On s’est posé plus de questions car le texte était moins bien rédigé et laissait planer des zones d’ombre, notamment par rapport aux prescrits du Pacte scolaire et du décret Mission."

Le bâtiment choisi par l’ASBL pour y ériger son école est également "trop exigu, avec peu d’espaces de convivialité". Exemple ? "Un grand espace, situé dans une cave, devait à la fois servir de réfectoire, de salle de gym et de lieu de prière, en fonction des moments de la journée, ce qui est difficile à concevoir dans une école", commente notre interlocuteur. Autre problème, "il y avait un plus grand nombre de toilettes pour les garçons que pour les filles, avec une concentration des toilettes pour filles aux étages et jamais en bas, cite-t-il. Nous avons trouvé cela surprenant et que, sans doute, il y avait une volonté d’éviter la mixité, ce qui est contraire au décret Mission."

Avis réservé pour "La Vertu"

Quant au projet porté par l’ASBL ECIB, déjà pouvoir organisateur (PO) de l’école "Al Ghazali" à Etterbeek - le seul établissement fondamental de confession musulmane reconnu par la Communauté française -, il a reçu un avis réservé. Concrètement, le projet de fonder l’Institut "La Vertu" est conforme, mais l’implantation qui lui a été choisie (chaussée de Haecht à Schaerbeek) ne s’inscrit pas dans un quartier "déficitaire", c’est-à-dire où il manque des places scolaires.

"La balle est à présent dans le camp des auteurs du projet", indique-t-on au cabinet de la ministre de l’Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet (CDH). Ils doivent en effet amener des compléments d’information à leur dossier avant que le Conseil général ne puisse à nouveau se prononcer sur le fond du projet et rendre un nouvel avis. "Un avis réservé n’entraîne pas d’avis positif automatique", précise-t-on au cabinet.

Si le Conseil général devait toutefois émettre un avis positif, le projet serait alors examiné en gouvernement, lequel a le dernier mot pour accéder ou non à la demande de reconnaissance "puisqu’il y a engagement des deniers publics", souligne le cabinet Simonet.

Le dossier vers une éventuelle reconnaissance avance donc (très) lentement alors que s’amenuise la possibilité de voir l’école ouvrir ses portes à la rentrée prochaine.