Belgique

La Flandre dispose d'une bien meilleure vue que par le passé sur les utilisateurs finaux du matériel militaire produit sur son territoire, selon le rapport annuel publié mardi par l'Institut flamand pour la Paix. 

Mais dans 21% des cas, ce matériel aboutit toujours dans des mains inconnues. Jusqu'il y a quelques années, cette proportion était toutefois encore de l'ordre de 50 à 70%.

Spécialisées dans des composants technologiques servant à la fabrication de matériel militaire, les entreprises flamandes d'armement exportent surtout à des consœurs étrangères qui assemblent des armes et équipements pour les vendre à des utilisateurs finaux.

Selon le rapport, la Flandre a surtout exporté en 2017 des parties de véhicules blindés et des produits de haute technologie. Il s'agit notamment d'électronique à des fins militaires, d'appareil de visualisation et d'aide au tir.

Ces différents produits ont principalement été exportés vers des entreprises de défense européennes et américaines, mais l'Indonésie et le Brésil figurent aussi parmi les clients de la Flandre.

Au cours de l'année 2017, le gouvernement flamand a refusé neuf autorisations d'exportation au total, surtout vers des pays à fort risque de violations des droits humains. Tout exportation vers des pays impliqués de près ou de loin dans le conflit yéménite a systématiquement été rejetée.