International

L'Union européenne doit engager les négociations pour l'adhésion de la Macédoine du Nord et de l'Albanie mais aucune décision ne sera prise dans les prochains jours, car certains Etats membres freinent, a averti mercredi le président du Conseil Donald Tusk.

"Je pense personnellement qu'il n'y a qu'une seule décision à prendre: engager les négociations avec la Macédoine du Nord et l'Albanie comme le recommande la Commission européenne", a soutenu M. Tusk après un entretien avec le président macédonien Stevo Pendarovski à Bruxelles.

"Mais je me dois d'être honnête avec vous: tous les Etats membres ne sont pas prêts à prendre la décision d'engager ces négociations dans les prochains jours", a-t-il averti.

"La question aujourd'hui n'est plus si, mais quand", a souligné le président du Conseil. "Si je suis prudent, c'est que je sais que parvenir à un consensus entre les 28 Etats membres prend parfois plus de temps que je le souhaiterais", a-t-il expliqué.

Le ministre allemand des Affaires européennes Michael Roth a soutenu la position exprimée par Donald Tusk.

"L'UE doit respecter ses engagements envers la Macédoine du Nord et l'Albanie", a-t-il affirmé dans un message posté mercredi sur son compte twitter.

Treize autres Etats membres -- République tchèque, Estonie, Lituanie, Lettonie, Hongrie, Italie, Bulgarie, Malte, Autriche, Croatie, Slovénie, Pologne et Slovaquie -- ont demandé l'ouverture des négociations d'adhésion avec les deux pays candidats dans une déclaration commune.

Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders avait dit en mars dernier son espoir de voir la Macédoine du Nord adhérer à l'Union européenne "lorsqu'elle remplira les critères". Pour les deux pays, la Belgique doit se positionner sur base d'une coordination avec les entités fédérées.

Plusieurs Etats membres, dont la France et les Pays-Bas, freinent les perspectives d'adhésion des pays des Balkans occidentaux. Ils jugent qu'une erreur a été commise par l'UE en accordant une entrée trop rapide ces quinze dernières années à des pays de l'Est.

Un premier débat est prévu lundi prochain lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Luxembourg.

La Commission européenne plaide pour l'ouverture rapide de ces négociations et "fera son possible pour qu'une décision soit prise dès cet été", a promis la semaine dernière son président Jean-Claude Juncker après un entretien à Bruxelles avec le Premier ministre de Macédoine du Nord Zoran Zaev.