International Le conducteur du poids-lourd a roulé sur un trottoir du marché de Noël où se trouvaient des badauds dans un quartier très touristique, selon un porte-parole de la police, qui fait état pour l'instant de 12 morts et de 48 blessés .

La police demande aux citoyens de l'"aider" en ne quittant pas leur domicile et en évitant de propager des rumeurs. Dans un tweet envoyé à 21h58, elle précise que les circonstances de l'attentat ne sont pas claires. A 22h06, elle ajoute qu'il n'y a pas d'autre danger potentiel détecté dans la capitale allemande.

La chancelière Angela Merkel est "en deuil", selon son porte-parole.



"Une terrible nuit pour Berlin et notre pays", dit le président allemand

"C'est une terrible nuit pour Berlin et pour notre pays", a indiqué lundi soir le président allemand Joachim Gauck, qui s'est dit stupéfait tout comme de nombreux citoyens de la République fédérale. "Nous ne savons pas encore grand chose sur ce terrible événement. Je suis en pensée avec les victimes, avec leurs familles et avec tous ceux qui sont inquiets pour un membre de leur famille ou un ami", a ajouté le chef d'Etat, qui a également remercié les services de secours pour leur action.

A 22h20, Facebook a lancé son "bouton d'alerte" qui permet aux personnes se trouvant à Berlin de dire à leurs connaissances si elles sont saines et sauves.


A 22h30, un numéro d'aide a été ouvert: il s'agit du 030-54023111.

Le président français François Hollande a tweeté à 22H34.



Charles Michel suit de près la situation

Le Premier ministre belge Charles Michel suit de près la situation en Allemagne, a indiqué son porte-parole. Le Premier ministre est en contact étroit avec les services de sécurité, le centre de crise et les cabinets de l'Intérieur et de la Justice.

Sur Twitter, Charles Michel a par ailleurs regretté qu'un marché de Noël se soit transformé en lieu de deuil. "Mes pensées vont aux victimes et à leurs familles", écrit notamment le Premier ministre.


Didier Reynders présente ses condoléances au peuple allemand

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a adressé ses condoléances à son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier.

M. Reynders est arrivé lundi soir au Caire, la capitale égyptienne, où il participera mardi à une réunion de représentants de l'Union européenne et de la Ligue Arabe.

"C'est une véritable tragédie qui s'est produite ce soir à Berlin. Mes premières pensées vont aux familles des victimes", a déclaré Didier Reynders à l'agence Belga.

"Pour Berlin, c'est une triste première. Cette attaque rappelle tristement celle de Nice. Il s'agit d'une action contre le peuple allemand et tous ceux qui partagent les mêmes valeurs. La justice doit désormais faire son travail", a-t-il ajouté.


"L'Europe est prête à aider"

"L'Europe est prête à aider", a indiqué le président du Conseil européen.

Donald Tusk a présenté ses condoléances aux proches des victimes dans ce message posté sur le réseau social Twitter.

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, a également offert ses condoléances, et jugé la nouvelle d'autant plus choquante que les victimes étaient réunies pour célébrer Noël, "une fête que beaucoup associent à la paix."

Il a également souhaité beaucoup de courage aux équipes de secours pour la nuit chargée qui s'annonce.

La commissaire européenne chargée des Affaires Sociales, la Belge Marianne Thyssen, a également signalé sur Twitter que toutes ses pensées étaient avec les victimes berlinoises.


Trump dénonce violemment le "terrorisme islamique"

Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a vu derrière l'attaque au camion survenue à Berlin et l'assassinat de l'ambassadeur russe en Turquie une même menace, celle posée par le "terrorisme islamique", face auquel il s'est posé lundi en rempart. "Aujourd'hui, il y a eu des attaques terroristes en Turquie, en Suisse et en Allemagne, et cela ne fait qu'empirer. Le monde civilisé doit changer sa façon de penser!", a-t-il résumé dans un tweet.

"Des civils innocents ont été tués dans les rues alors qu'ils se préparaient à fêter Noël. L'Etat islamique et d'autres terroristes islamistes attaquent continuellement les chrétiens au sein de leurs communautés et lieux de culte", a-t-il affirmé, expliquant que cette stratégie fait "partie de leur jihad mondial".

"Ces terroristes ainsi que leurs réseaux régionaux et mondial doivent être éradiqués de la face de la Terre, une mission que nous allons mener à bien avec tous nos partenaires épris de liberté", a-t-il ajouté, se posant ainsi, comme il l'avait déjà fait pendant sa campagne, comme le défenseur des chrétiens face à la menace islamiste.