International

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a reconnu dimanche des "dysfonctionnements", notamment à l'Élysée, dans l'affaire Benalla, en estimant qu'il fallait les régler car ils sont "insupportables et incompréhensibles pour les Français".

"Il y a eu des dysfonctionnements et il faut les régler", a déclaré M. Griveaux sur CNews et Europe 1, à la veille d'une nouvelle audition de l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron par une commission d'enquête du Sénat.

"Il y a eu des dysfonctionnements à l'Élysée et, d'ailleurs, c'est ça qui a appelé la réorganisation des services que le président de la République a mis en place rapidement", a-t-il poursuivi.

Le porte-parole a souligné qu'il y avait, aux côtés de l'enquête parlementaire, "une mise en examen" d'Alexandre Benalla pour utilisation "sans droit" de ses passeports.

Elle permettra à l'autorité judiciaire de "dire les responsabilités des uns et des autres qui permettront, entre autres, de faire que ces dysfonctionnements n'arrivent plus. Ils sont insupportables et incompréhensibles pour les Français", a-t-il estimé.

Interrogé sur les voyages à l'étranger d'Alexandre Benalla avec des passeports diplomatiques, après avoir été remercié par l'Élysée fin juillet, M. Griveaux a répondu que les ambassadeurs n'étaient pas "alertés de tout en permanence".

"Il faut arrêter les fantasmes. Ce n'est pas +Le bureau des légendes+", a affirmé M. Griveaux, en faisant référence à la série télévisée mettant en scène des espions de la DGSE.