International

L'archevêque de Malines-Bruxelles Mgr André-Joseph Léonard ne connaît pas personnellement le nouveau pape, mais son nom avait déjà été cité lors du dernier conclave, lors de l'élection du pape Benoît XVI. L'élection de l'Argentin Bergoglio est une surprise totale pour Mgr Léonard.

Pour l'archevêque, qui s'est exprimé au cours d'une conférence de presse à Malines, ce mercredi soir, le fait que le nouveau pape vienne d'Amérique latine est une "bonne idée". "C'est la première fois que ce continent offre un pape. L'Amérique latine est un continent important".

La rapidité du choix a moins surpris Mgr Léonard. "Le fait que cela s'est passé si vite montre qu'il y avait un certain consensus. Et c'est important", a-t-il indiqué.

Ce choix est-il le bon? "Je suppose que oui", déclare Mgr Léonard. "Il a tout de même obtenu deux tiers des voix", précise l'archevêque qui juge très positif le choix du nom. "François est le saint le plus célèbre dans le monde".

Le monde politique belge salue l'élection d'un nouveau pape

Le ministre-président flamand, Kris Peeters, a été le premier à réagir à l'élection du nouveau pape. Avant même que son nom ne soit dévoilé, il avait manifesté le souhait que le nouveau chef de l'église catholique "poursuive le dialogue avec les autres religions".

"Dans ce monde en changement rapide, il est important que les leaders spirituels oeuvrent avec conviction et dans le dialogue", avait-il noté.

Il avait aussi formulé le voeu que le nouveau pape "puisse trouver le juste équilibre entre authenticité et les défis sociétaux d'aujourd'hui" auxquels il espère que le nouveau saint père pourra livrer une "contribution utile".

Dans une brève réaction, et au nom du gouvernement belge, le Premier ministre Elio Di Rupo a adressé ses félicitations au cardinal Jorge Mario Bergoglio, estimant que celui-ci aura notamment la tâche "de répondre aux espoirs et attentes des catholiques dans le monde, dans une société en pleine mutation".

Un peu plus tôt, dans un texte tout aussi court, le cdH, par la voix de son président, a dit souhaiter que François Ier soit un "Pape optimiste, dynamique, à l'écoute des réalités actuelles et ouvert".

Benoît Lutgen espère à cet égard que le nouveau pontife sera à "l'écoute de tous les citoyens du monde, en particulier des jeunes, et qu'il pourra créer un vrai dialogue avec eux".

Jean-Pierre Delville: un nouveau pape qui fera preuve d'ouverture

Le nouveau pape François fera preuve d'ouverture et de capacités dialogales, a déclaré mercredi soir Jean-Pierre Delville, professeur d'histoire du christianisme à l'UCL. Le choix du nouveau pape est surprenant pour trois raisons, estime le professeur. D'abord le fait que c'est le premier jésuite à accéder à ce poste. Il a une expérience centrée sur l'accompagnement personnel, explique Jean-Pierre Delville. Pour ce dernier, le fait d'être jésuite ne signifie pas qu'il vit comme un moine dans sa maison et qu'il mène une vie austère.

Ensuite, il s'agit du premier pape latino-américain. "Il incarne le dynamisme de cette église, qui est à taille humaine et centrée sur l'action sociale", indique le professeur.

Enfin, Jorge Mario Bergoglio a une personnalité ouverte. "Il a un ancrage concret et pastoral, tourné vers les populations. Ce n'est pas un cardinal de curie comme Benoît XVI", avance Jean-Pierre Delville.

Le fait que le nouveau pape est âgé de 76 ans n'est pas un handicap, estime le professeur. "Il ne fait pas son âge, il dégage de la sympathie. Il s'agit quand même d'un pari sur l'avenir", estime-t-il.

Le choix de s'appeler François est une référence claire à François d'Assise, partisan d'une Eglise pauvre, proche du peuple, tournée vers la spiritualité et la fraternité. "François d'Assise est le Saint le plus populaire de l'Eglise", ajoute Jean-Pierre Delville.

Pour le professeur de l'UCL, Jorge Mario Bergoglio fera preuve d'ouverture et de capacités dialogales. Il fait référence au fait qu'il a demandé à la foule, dès sa première apparition place Saint-Pierre à Rome, de le bénir avant même de la bénir.

"Voeux chaleureux" d'Obama au "premier pape des Amériques"

Le président des Etats-Unis Barack Obama a salué mercredi l'élection de l'Argentin Jorge Mario Bergoglio à la tête de l'Eglise catholique, adressant ses "voeux chaleureux" au "premier pape des Amériques".

"Au nom des Américains, Michelle (son épouse, ndlr) et moi-même adressons nos voeux chaleureux à Sa Sainteté le pape François au moment où il monte sur le trône de Saint Pierre, et entame son pontificat", a déclaré le dirigeant de la première puissance mondiale dans un communiqué.

"En tant que champion de la cause des pauvres et des plus vulnérables d'entre nous, il continuera à porter le message d'amour et de compassion qui a été source d'inspiration pour le monde depuis plus de 2.000 ans", a ajouté le président américain.

"En tant que premier pape des Amériques, son élection témoigne aussi de la force et de la vitalité d'une région qui influence de plus en plus notre monde, et comme des millions d'Américains hispaniques, nous, aux Etats-Unis, éprouvons la même joie en cette journée historique", a assuré M. Obama.

"Tout comme j'ai apprécié notre travail avec le pape Benoît XVI, je me réjouis d'oeuvrer avec Sa Sainteté à l'avancement de la paix, de la sécurité et de la dignité pour les hommes, quelle que soit leur foi", a encore ajouté le dirigeant.

Barroso et Van Rompuy félicitent François au nom de l'Union européenne

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et le président du Conseil européen Herman Van Rompuy ont adressé mercredi soir, au nom de l'Union européenne, leur "sincères félicitations" à François Ier pour son élection comme nouveau pape.

"Nous vous souhaitons un pontificat long et béni qui permettra à votre Sainteté et l'Eglise catholique de défendre et promouvoir les valeurs fondamentales de paix, de solidarité et de dignité humaine. Ce sont des valeurs essentielles dans un monde faisant face à de nombreux défis et en profonde mutation", écrivent les deux dirigeants européens dans un communiqué commun.

MM. Barroso et Van Rompuy s'y disent aussi convaincus que François Ier poursuivra avec "détermination et force" le travail de ses prédécesseurs pour "rapprocher les peuples et les religions du monde".

Ban souhaite la poursuite du dialogue entre les religions

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a exprimé mercredi le souhait que le nouveau pape continue à promouvoir le dialogue entre les religions comme son prédécesseur Benoît XVI.

Adressant ses "félicitations les plus sincères" au nouveau souverain pontife et "à tous les catholiques de par le monde", M. Ban a aussi souhaité "la poursuite de la coopération entre les Nations unies et le Saint-Siège".

"Nous avons de nombreux objectifs en commun, parmi lesquels la promotion de la paix, de la justice sociale et des droits de l'homme, et l'éradication de la pauvreté et de la faim", a-t-il ajouté.

"Nous partageons aussi la conviction que les défis imbriqués du monde actuel ne peuvent se résoudre que par le dialogue", a-t-il ajouté. "Je suis certain que sa Sainteté va continuer de s'appuyer sur l'héritage de son prédécesseur, le pape Benoît XVI, dans la promotion du dialogue entre les religions".

Hollande félicite le pape François 1er

Le président français François Hollande a félicité mercredi le nouveau pape François Ier, assurant que "la France poursuivra" un "dialogue confiant avec le Saint-Siège.

"J'adresse au Pape François Ier mes félicitations les plus chaleureuses et mes voeux très sincères", a déclaré M. Hollande, selon un communiqué de l'Elysée.

"La France, fidèle à son histoire et aux principes universels de liberté, d'égalité et de fraternité (...) poursuivra le dialogue confiant qu'elle a toujours entretenu avec le Saint-Siège".

L'Allemagne et Merkel attendent du nouveau pape "une orientation"

La chancelière allemande Angela Merkel a estimé mercredi que beaucoup attendaient du nouveau pape François 1er qu'il apporte "une orientation", notamment en ce qui concerne "la paix et la justice".

Félicitant le nouveau pape "de tout son coeur", la dirigeante allemande a souligné: "bien au delà de la chrétienté catholique, beaucoup attendent de lui une orientation, non seulement dans les questions liées à la foi, mais aussi en ce qui concerne la paix, la justice et la sauvegarde de la création".

"Je me réjouis tout particulièrement du fait que, pour les chrétiens d'Amérique du sud, l'un des leurs soit pour la première fois appelé à la tête de l'Eglise catholique", a ajouté Angela Merkel, fille d'un pasteur protestant.

"Je souhaite au pape François 1er santé et force", a-t-elle encore indiqué dans un communiqué, précisant que "les espoirs" de "millions de croyants en Allemagne et dans le monde" se tournaient "maintenant vers le nouveau pape".

Porte-parole du Vatican: les cardinaux "ont eu le courage de passer l'Océan"

Les cardinaux, en élisant mercredi pour la première fois en la personne de François 1er un pape d'un autre continent que l'Europe, "ont eu le courage de passer l'Océan et d'élargir la perspective de l'Eglise", a déclaré mercredi soir le porte-parole du Saint-Siège.

Lors d'un point de presse, le père Federico Lombardi a salué aussi "le témoignage de grande simplicité" et "l'acceptation d'un service à rendre" à l'Eglise que le nouveau pape a manifestées dans sa première déclaration aux fidèles.

"Il a fait un beau geste en demandant leur bénédiction et en s'inclinant" devant eux, et cette attitude de service est "dans la continuité de Benoît XVI", a-t-il dit.

Schulz: "Un nouvel élan est nécessaire au sein de l'église"

Le président du Parlement européen, le socialiste allemand Martin Schulz, a adressé mercredi soir ses félicitations au nouveau pape François Ier, jugeant que celui-ci avait l'opportunité d'imprimer un "renouveau à un moment ou l'église catholique romaine fait face à des défis nombreux et importants".

"Un nouvel élan est nécessaire pour raviver les valeurs fondamentales qui sont à la base de la chrétienté, telles que la solidarité, la paix entre nations et peuples, la tolérance et le soutien au plus faibles et plus pauvres", juge le président du Parlement européen.

Commentant le choix historique d'un non-Européen comme nouveau saint père, M. Schulz y voit une signe "encourageant".

Les rois d'Espagne félicitent François 1er

Les rois d'Espagne, Juan Carlos et Sofia, ont adressé mercredi soir un télégramme de félicitations au pape François 1er nouvellement élu, a annoncé la Maison royale.

Le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy a également félicité le nouveau souverain pontife et a souhaité "renforcer les relations spéciales qui unissent le Saint-Siège et l'Espagne sur la base des profondes valeurs qui leur sont communes: la vie, la dignité humaine, la liberté, la paix et la justice".

L’Argentin Jorge Mario Bergoglio, premier pape venu du continent américain et premier jésuite à monter sur le trône de Saint Pierre, a été élu mercredi soir pour succéder à Benoît XVI. L'archevêque de Buenos Aires a choisi le nom de François, qui sera porté pour la première fois par un souverain pontife.

Baudouin Decharneux: "Un pape missionnaire et plus charismatique"

Le nouveau pape élu mercredi soir, François 1er, sera, au contraire de son prédécesseur, "plus charismatique, plus missionnaire et plus adepte des bains de foule", selon Baudouin Decharneux, directeur du département philosophie et science des religions à l'ULB.

De plus, en nommant l'Argentin Jorge Mario Bergoglio à la tête de l'Eglise, Rome entend maintenir sa suprématie sur la continent américain, assure-t-il. Baudouin Decharneux se félicitait d'avoir vu juste le jour même du renoncement de Benoît XVI. "Je n'aime pas jouer les +madame soleil+ mais j'avais prévu que le nouveau pontificat emmenerait le monde catholique vers l'Amérique du sud."

"A côté de l'anecdote", poursuit-il, "je trouve que ce choix est tout à fait significatif. François 1er est Argentin. Il vient d'un continent qui compte un très grand nombre de fervents catholiques engagés. C'est un continent où la bataille avec les églises évangélistes est engagée. L'église catholique entend ne pas y perdre de son influence".

François 1er est le premier pape jésuite. "Le choix du nom est tout aussi éclairant. La référence à Saint François d'Assise est à peine voilée. Il poursuivra un idéal de pauvreté et d'humilité. A mon sens, il aura un grand impact missionnaire sur les foules. En ce sens, il sera, à n'en pas douter, bien plus charismatique que Benoît XVI et plus amateur de liesse populaire", analyse M. Decharneux.

Seul bémol, un côté traditionnel par rapport aux mœurs. "Le cardinal Bergoglio a déjà tenu des propos durs sur le mariage homosexuel et l'adoption par les couples homosexuels. Je crains qu'au niveau de la morale sexuelle, l'ouverture soit moins franche".

L'Eglise de Jérusalem attend avec "impatience" le nouveau pape en Terre sainte

Le Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, a félicité mercredi le nouveau pape François 1er en soulignant que l'Eglise en Terre sainte l'y attendait "avec chaleur et impatience" .

"En tant qu’Eglise-Mère de Jérusalem, nous nous réjouissons profondément de l’élection du nouveau Pasteur de l’Eglise catholique, choisi par les cardinaux en conclave, mais avant tout par l’Esprit Saint" a indiqué un communiqué du patriarcat latin (catholique romain) de Jérusalem.

L'Eglise-Mère de Jérusalem est ainsi appelée parce qu'elle est considérée comme la "mère" de toutes les Eglises du monde et la mémoire collective vivante de l'histoire du Christ.

"Nous espérons que vous continuerez à oeuvrer en faveur de la paix et de la justice au Proche-Orient et plus particulièrement en Terre Sainte", le lieu de naissance du christianisme, souligne le communiqué.

"D’ores et déjà, nous vous assurons aussi de travailler à vos côtés, comme nous l’avons fait avec vos prédécesseurs, pour permettre des avancées concrètes dans le dialogue inter-religieux dans notre région", poursuit-il.

"Très cher Saint Père, la Terre Sainte attend avec chaleur et impatience d’avoir l’honneur et la joie de vous accueillir ici sur la Terre du Salut. Soyez le bienvenu: "Ahlan wa sahlan!" conclut le communiqué avec la formule traditionnelle de bienvenue en arabe.

De son côté, le président palestinien Mahmoud Abbas a convié le chef de l'Eglise catholique à visiter Bethléem, en Cisjordanie, le lieu de naissance de Jésus selon la tradition. Il a également invité François 1er à "travailler pour la paix, en particulier au Moyen-Orient".

La présidente argentine Kirchner salue l'élection d'un pape argentin

La présidente argentine Cristina Kirchner a salué mercredi l'élection de l'Argentin Jorge Bergoglio comme nouveau pape et lui a souhaité une "tâche pastorale fructueuse", dans un communiqué publié par le gouvernement.

"Nous lui souhaitons, comme conducteur et guide de l'Eglise, une tâche pastorale fructueuse dans l'exercice de si grandes responsabilités à la recherche de la justice, de l'égalité, de la fraternité et de la paix de l'humanité", indique ce court message de la présidente, qui se dit pratiquante mais entretient des relations tendues avec l'archevêque de Buenos Aires.

Exécutif musulman: "Rome démontre qu'un pape peut venir de n'importe quel continent"

Par la voix de son président, Ugurlu Semsettin, l'Exécutif des Musulmans de Belgique a accueilli positivement l'élection d'un nouveau pape mercredi soir à la tête de l'Eglise catholique. "Nous attendons, bien entendu, les premiers mots de François 1er à l'égard du monde musulman, mais nous saluons le choix d'un pape non-européen. C'est très positif", a-t-il assuré. L'Exécutif des Musulmans de Belgique tenait, dans un premier temps, à féliciter le monde catholique et les 115 cardinaux pour l'élection rapide du nouveau pape.

"Il semble que François 1er soit quelqu'un de proche des pauvres, avec un grande dimension humanitaire. Il est également fort positif de voir un cardinal d'un autre continent élu. Rome montre qu'un pape peut venir de n'importe quel continent. Le message est important", explique M. Semsettin.

Quant aux futures relations entre les confessions musulmane et catholique, seuls le temps et les discours pourront en donner le ton. "Nous avons en souvenir le début du pontificat de Benoît XVI qui avait eu quelques mots malheureux sur le monde musulman. Il avait ensuite clarifié ses propos et l'incident avait été oublié. Selon nous, le rôle du pape est primordial. C'est, en effet, de tout en haut que la nature des relations entre confessions prend telle ou telle direction. Dans ce contexte, les mots, les phrases choisies revêtent une grande importance", conclut l'Exécutif.

Le choix de François, "une symbolique remarquable"

Le choix du nom de François par le nouveau pape est "d'une symbolique remarquable", rappelant Saint-François d'Assise qui au XIIIe siècle a voulu "reconstruire l'Eglise" avec "les pierres vivantes que sont les pauvres", a estimé mercredi soir le porte-parole de la Conférence des évêques de France.

"C'est un événement considérable, une très grande joie qui retentit ce soir" depuis l'annonce de l'élection du pape François, l'Argentin Jorge Mario Bergoglio, qui devient ainsi le premier souverain pontife latino-américain, a déclaré le porte-parole, Mgr Bernard Podvin, sur la radio France Info.

Il a loué "ce pape qui s'excuse presque d'être devenu pape, vous avez vu l'humilité sur les images, ça m'a beaucoup touché".

"Il a fait des études de chimie, été professeur de psychologie, il sait ce qu'est l'homme, l'être humain, il sait tout ça. Il a en même temps une proximité des pauvres qui est retentissante", a ajouté Mgr Podvin.

Le choix de son nom de François "est vraiment d'une symbolique remarquable", a estimé le religieux, "François qui au XIIIe siècle sent un appel de Dieu à reconstruire l'Eglise, et pas à la reconstruire n'importe comment, la reconstruire avec les pauvres, avec les pierres vivantes que sont les pauvres, et non pas avec je ne sais quelles institutions qui seraient là, comme ça, désuètes. 'C'est avec les êtres humains que je reconstruirai mon Eglise'."

"Un homme qui n'aime pas voyager"

L'Argentin Jorge Bergoglio, élu pape mercredi à l'âge de 76 ans, n'aime pas voyager, a déclaré à la presse l'évêque auxiliaire de Buenos Aires Eduardo Garcia, proche collaborateur du nouveau souverain pontife.

"Je ne le vois pas comme un pape voyageur, en fait Bergoglio n'aime pas voyager", a déclaré le prélat à la chaîne argentine d'informations en continu Todo Noticias.

En revanche, selon lui, François sera "un pape qui promeut une Église transcendant les limites habituelles pour atteindre, comme il le dit lui-même, les limites existentielles où l’Évangile n'est pas présent".

L'évêque Garcia a encore estimé que Bergoglio, premier pape venu du continent américain, a probablement été désigné "parce qu'en Amérique latine, nous travaillons de manière très intense dans notre mission et dans l'évangélisation".

Jorge Mario Bergoglio, premier jésuite à monter sur le trône de Saint Pierre, a été élu mercredi soir pour succéder à Benoît XVI au terme de seulement deux jours de conclave. L'archevêque de Buenos Aires a choisi le nom de François, qui sera porté pour la première fois par un souverain pontife.

Ayrault salue une élection "audacieuse et largement appréciée"

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a salué, mercredi à Ottawa, l'élection "audacieuse" d'un pape argentin, en précisant qu'il se rendrait à Rome pour sa messe inaugurale mardi 19 mars.

"Je crois que c'est une bonne nouvelle de voir une personne qui vient d'ailleurs que du continent européen", a déclaré M. Ayrault à Ottawa, devant les journalistes qui l'accompagnaient lors d'une visite officielle au Canada.

Qualifiant l'élection d'"audacieuse", il a estimé qu'elle serait "largement appréciée".

"Je me réjouis de l'élection du nouveau pape François. Je voudrais lui adresser toutes mes félicitations les plus sincères, mais aussi toutes mes pensées (...) pour l'importante responsabilité qui va être désormais la sienne à la tête de l'Eglise catholique", a poursuivi le Premier ministre. "J'image la légitime fierté des Argentins", a-t-il ajouté.

"J'ai l'intention de me rendre à la cérémonie de prise de fonctions" du nouveau pape en compagnie du ministre de l'Intérieur qui est en charge des cultes, Manuel Valls, a encore précisé M. Ayrault.

La Première ministre australienne salue un pape du "Nouveau Monde"

La Première ministre australienne, ouvertement athée, a salué jeudi l'élection "historique" d'un pape du "Nouveau Monde" après le sacre la veille de l'Argentin Jorge Bergoglio.

"L'élection d'un pape du 'Nouveau Monde' est véritablement un événement de portée historique", a déclaré Julia Gillard.

"C'est aussi un jour important pour les catholiques australiens et peut-être particulièrement pour les Australiens d'origine argentine. Mes pensées sont avec eux", a ajouté la dirigeante travailliste.

L'Australie, ancienne colonie britannique, compte plus de 12 millions de chrétiens, dont 5,1 millions de catholiques, pour 22 millions d'habitants.

Philippines: "le Pape apporte une espérance infinie"

Benigno Aquino, président des Philippines, le grand pays catholique d'Asie, a salué jeudi l'élection du nouveau pape François, estimant qu'il apportait "une espérance infinie" et de renouveau au sein de l'Eglise catholique.

"Le président, avec le peuple philippin, se joint aux fidèles catholiques qui accueillent leur nouveau dirigeant et reçoivent sa proclamation avec un sentiment d'espérance infinie", a déclaré le chef de l'Etat dans un communiqué.

"En tant que premier pape venu d'ailleurs que d'Europe depuis un millénaire, premier pape de la Compagnie de Jésus et premier d'Amérique latine, l'élection du pape François apporte avec elle une promesse de renouveau au sein de l'Eglise catholique, qui s'efforce de remplir sa mission sur Terre", a-t-il ajouté.

Les Philippines sont le principal pays catholique d'Asie, héritage de la colonisation espagnole.

Quelque 80% des 100 millions de Philippins sont catholiques et l'Eglise continue d'exercer une influence très forte sur les moeurs. Le divorce et l'avortement sont interdits.

Poutine félicite le nouveau pape

Le président russe Vladimir Poutine a félicité jeudi le nouveau pape François pour son élection, estimant que la coopération "constructive" entre la Russie et le Vatican allait se poursuivre.

"Je suis persuadé que la coopération constructive entre la Russie et le Vatican va continuer de se développer avec succès sur la base des valeurs chrétiennes qui nous unissent", a-t-il déclaré dans un télégramme envoyé au nouveau pape.

"Je vous souhaite, votre Sainteté, santé et bonheur, que votre action pour promouvoir la paix, le dialogue entre les civilisations et les religions porte ses fruits", a-t-il ajouté, cité par le Kremlin.

La Chine félicite le nouveau pape et demande au Vatican de la "souplesse"

La Chine, qui n'a pas de relations diplomatiques avec le Vatican, a félicité jeudi le pape François pour son élection et dit espérer que le Saint-Siège allait adopter "une attitude souple et pragmatique" pour améliorer ses relations avec Pékin.

"Nous félicitons le cardinal Bergoglio pour son élection en tant que nouveau pape", a déclaré la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Mme Hua Chunying, lors d'un point de presse quotidien. "Nous espérons que, sous la direction du nouveau pape, le Vatican adoptera une attitude souple et pragmatique afin de créer les conditions d'une amélioration des relations entre la Chine et le Vatican", a ajouté Mme Hua. "Le gouvernement chinois est sincère" dans sa volonté de normaliser ses relations, a-t-elle souligné.

Mais la porte-parole a aussi réitéré les exigences traditionnelles de Pékin pour y parvenir, à savoir la rupture des relations diplomatiques entre Taïwan et le Saint-Siège ainsi que la non-ingérence "dans les affaires intérieures de la Chine, y compris sous prétexte de religion".

Pékin refuse notamment de laisser au Vatican la haute main sur l'ordination des évêques, ce qui est régulièrement une source de conflits. Les catholiques (5,7 millions, selon les statistiques officielles, 12 millions, selon des sources indépendantes) sont partagés en Chine entre une Eglise officielle (l'Association patriotique) inféodée au pouvoir communiste, et une Eglise "souterraine" tirant sa légitimité de l'obéissance au Saint-Siège.

En 2007, Benoît XVI avait envoyé une lettre historique aux catholiques chinois, dans laquelle il demandait à Pékin une pleine liberté de culte des catholiques et la reconnaissance de leur appartenance à l'Eglise romaine, assurant en échange que l'Eglise respecterait la pleine autonomie des décisions politiques du régime chinois.

Mais les relations entre le Saint-Siège et Pékin se sont de nouveau crispées depuis 2010 avec l'ordination de plusieurs évêques désignés par l'Association patriotique, sans agrément du pape.

La plus haute autorité de l'islam sunnite espère de meilleures relations avec le Vatican

L'institution d'Al-Azhar, la plus haute autorité de l'islam sunnite, a espéré jeudi entretenir de meilleures relations avec le Vatican sous le nouveau pape, François, que sous Benoît XVI. "Nous espérons de meilleures relations avec le Vatican après l'élection du nouveau pape, pour le bien de l'humanité toute entière", a déclaré Mahmoud Azab, conseiller du grand imam d'Al-Azhar, Ahmad al-Tayyeb, pour le dialogue interreligieux.

"Dès qu'apparaîtra une nouvelle orientation, nous reviendrons au dialogue avec le Vatican qui avait été suspendu début 2011", a-t-il ajouté, félicitant "tous les catholiques du monde entier".

En 2006, Benoît XVI avait provoqué une brouille avec le monde musulman en citant un empereur byzantin décrivant le prophète Mahomet comme propageant des idées "mauvaises et inhumaines" par la violence. Le dialogue avait repris en 2009 avant d'être de nouveau rompu après un appel du pape à protéger les minorités chrétiennes, à la suite d'un attentat suicide contre une église d'Alexandrie en Egypte, dans la nuit du 31 décembre 2010 au 1er janvier 2011.

Al-Azhar avait décidé de suspendre ses rencontres avec le Vatican, considérant les déclarations de Benoît XVI sur les chrétiens d'Orient comme des "attaques répétées contre l'islam".

Après la renonciation de Benoît XVI, des dignitaires musulmans en Egypte avaient envisagé la réouverture du dialogue avec l'Eglise catholique, estimant toutefois que de meilleures relations entre l'Eglise et Al-Azhar dépendaient de la position du nouveau pape sur le monde musulman.

Suite aux soulèvements arabes de 2011, les islamistes sont devenus la première force politique dans plusieurs pays de la région, compliquant davantage les relations avec les minorités chrétiennes.

Al-Azhar et le Vatican avaient tenu des dialogues sur la coexistence du temps de Jean-Paul II, le prédécesseur de Benoît XVI. Après ses déclarations en 2006 qui avaient provoqué des manifestations dans des pays musulmans, Benoît XVI avait tenté de réparer les relations en visitant la mosquée Sultan Ahmet à Istanbul, la deuxième visite d'un pape à une mosquée dans l'histoire papale.

"Un pape qui promet" estime l'archevêque de Liège

L'évêque de Liège, Mgr Jousten, a été frappé par la simplicité qui émane du nouveau pape François. "Je ne le connais pas mais il me fait très bonne impression. Il promet...Ce pape va marquer l'Église", a-t-il remarqué mercredi matin. Mgr Jousten se dit frappé tant par le nom choisi par le nouveau pape, synonyme de simplicité, que par la manière dont il a rencontré le peuple romain, "presque gêné". "Avec lui, l'Église, surtout dans les pays plus riches, va montrer sa fraternité avec les pays plus pauvres", a-t-il souligné.

"Benoît XVI était aussi quelqu'un de humble mais c'était un académicien. François est un homme de terrain, qui a déjà pris position contre l'injustice et la pauvreté. Il va nous donner un nouveau courage, une nouvelle vigueur, un nouveau désir... Il va nous aider à ne pas perdre notre identité et à ne pas laisser s'installer la tiédeur", a remarqué l'évêque liégeois.

A titre personnel, Mgr Jousten attend du nouveau pape qu'il désigne assez rapidement son successeur. L'évêque de Liège, atteint par la limite d'âge de 75 ans, avait en effet demandé en novembre au pape Benoît XVI d'être déchargé de sa charge épiscopale. Le nouveau pape devra choisir son successeur parmi une liste de trois noms qui sera présentée par le Nonce apostolique. "Je pense que ce sera avant les vacances d'été ou juste après. Mais je ne crois pas que j'aurai l'occasion de le rencontrer", a conclu Mgr Jousten.

"Apprendre à mieux se connaître pour mieux s'apprécier"

Le Grand rabbin de Bruxelles, Albert Guigui, souhaite que le nouveau pape François continue, à l'image de ses prédécesseurs Jean-Paul II et Benoît XVI, à tisser des relations fortes entre le monde chrétien et juif. "Plus nos relations seront fortes, plus la compréhension mutuelle sera grande", a-t-il déclaré. Pour le Grand rabbin, l'élection d'un nouveau pape est un événement majeur pour la chrétienté. "Les décisions du pape ont des répercussions mondiales, c'est une évidence".

"La communauté juive de Belgique constate que le choix de l'Eglise de Rome s'est porté sur un homme engagé et proche des pauvres, dont l'action dans son pays a été concrète. En Argentine, selon nos informations, ses rapports avec la communauté juive sont excellents. Il a déjà allumé des lumières lors de la fête juive d'Hanoucca. François a aussi été le premier, lors de l'attentat de Buenos Aires contre la communauté juive, à s'insurger et à signer une pétition contre le terrorisme", rapporte M. Guigui.

Pour le Grand rabbin, la route est encore longue pour arriver à une entente parfaite entre les deux confessions. "Pendant 2.000 ans , l'image du juif dans la chrétienté a véhiculé de nombreux préjugés. Cependant, les relations se sont fortement améliorées depuis le concile Vatican II".

Enfin, Albert Guigui estime que le chrétien ne peut faire l'impasse de sa relation particulière avec le juif. "Pour bien vivre sa religion, le chrétien doit s'intéresser au judaïsme dans lequel Jésus a été baigné une partie de sa vie".