International

En lettres roses, jaunes et vertes, un écriteau invite à franchir le seuil de cette petite bouquinerie de la rue Froissart : "Large choice of books in english, spanish, italian, german, dutch, greek, russian and scandinavian". Derrière le comptoir, Coralie s’est accordé quelques minutes entre deux clients pour avaler une pizza. Voici 2,5 ans que la librairie est installée à proximité des institutions européennes. "Nous sommes venus ici car nous espérions toucher une autre clientèle que celle de notre premier magasin du centre-ville. Nous pensions que les fonctionnaires européens étaient des gens beaucoup plus cultivés, qui allaient s’intéresser aux livres, mais ce n’est pas forcément vrai. Il y a aussi beaucoup d’habitants du quartier qui entrent dans la boutique." Néanmoins, la bouquinerie, fermée le week-end, tourne essentiellement sur le temps de midi et à la sortie des bureaux.

Plus loin dans la rue, Louis-Philippe, pharmacien, agence le rayon des produits bio. Cela fait quinze ans qu’il sert et conseille une clientèle essentiellement européenne. "C’est un monde à part, avec une vie à part, avec leurs relations entre eux et leur façon de voir les choses. Ils veulent que tout leur soit dû" , commente-t-il. Les pharmacies pullulent dans le quartier car c’est "un service direct" . "Dans ma pharmacie et les autres, il y a énormément de produits naturels car les Européens se soignent plus facilement de cette façon qu’en prenant des médicaments. Il faut adapter son offre !" , continue-t-il. Louis-Philippe reconnaît que les travailleurs des institutions "essaient de se mélanger à la population" , mais "alors qu’ils ont un bon niveau de vie, ils se plaignent de ne pas gagner assez; ils vivent en dehors des réalités des gens "

Grosses lunettes de soleil noires et cigarette à la main, Belgin s’en va faire quelques courses. Elle vit dans un logement social du quartier européen depuis vingt-trois ans. "Je suis très heureuse d’habiter ici. Le quartier est très propre et sûr. Le hic, c’est quand il y a des sommets européens; nous avons beaucoup de difficultés, surtout pour nous déplacer, même à pied , confie-t-elle. Autre point noir, le coût du logement et de la vie. Les loyers sont très élevés pour les Bruxellois. Ici, les produits de consommation sont plus chers. Je fais donc mes courses en dehors du quartier."

Avec 46 % d’habitants d’origine étrangère, Bruxelles est souvent considérée comme le laboratoire de l’Europe. Mais elle est aussi une ville de paradoxes : alors qu’elle génère 20 % du PIB national, son taux de chômage oscille autour des 20 % et 1 Bruxellois sur 4 vit sous le seuil de pauvreté. Pour les Bruxellois qui ne profitent pas des retombées directes ou indirectes des institutions, l’Europe est très loin de leurs préoccupations quotidiennes. "J’ai le sentiment que les eurocrates sont privilégiés : ils ont de bons traitements, payent moins de taxes. Mais je n’ai rien du tout contre eux, hein !" , sourit Nelly, 71 ans. Assise à l’ombre sur un banc de la place du Jeu de Balle dans les Marolles, tout en veillant sur son caddie, elle reprend : "Dans ce quartier-ci, les gens s’inquiètent surtout d’avoir un logement et un revenu. Ce n’est pas facile tous les jours. J’ai travaillé pendant trente-quatre ans, mais je n’ai pas droit à une pension complète. Heureusement, je vis dans un petit flat social et je vais manger au restaurant social."

Quelques rues plus loin, Alain aide les gamins de l’ASBL "Les Ateliers populaires" à vendre leurs sachets de pop-corn pour financer leurs activités. "Tant mieux si les institutions sont à Bruxelles et rapportent de l’argent, mais cela ne me rend pas fier , déclare-t-il. La ville a été un peu massacrée, entre autre à cause de cela, et on s’en serait bien passé."

Et de fait. Pour Nicolas Bernard (FUSL), docteur en droit et licencié en philosophie, "la mauvaise image des Européens dans le chef des Bruxellois tient d’abord au fait que l’Europe s’est construite en dépit des règles urbanistiques les plus élémentaires (LLB 21/6). Par ailleurs, on n’a jamais veillé à construire une identité européenne en lien avec la Belgique. On n’a jamais réussi à vraiment impliquer les Bruxellois parce que l’Europe s’est construite largement sur leur dos, sans que l’on demande leur avis" . Eric Corijn (VUB), sociologue et philosophe de la culture, analyse : "L’architecture doit exercer une influence mobilisante sur le tissu urbain dans lequel elle s’insère, et rien de tout cela n’a eu lieu à Bruxelles . Le quartier européen devrait devenir la grande place de l’Europe. Il devrait accueillir un musée européen, des universités européennes, etc. C’est de cette manière que Bruxelles pourrait adopter la fonction de laboratoire de l’Europe" , conclut-il.