International "Ne cherchez pas les réponses à Bruxelles, c’est à Londres de s’exprimer", affirmait un porte-parole de la Commission européenne lundi, avant que Theresa May présente son plan B pour rallier le soutien de la Chambre des communes à un accord de Brexit. Mais les réponses ne sont pas non plus venues de la Première ministre britannique, dont le simple engagement à "continuer les discussions" avec les députés de Westminster et avec l’UE a laissé les Européens sur leur faim.
(...)