International Un milliard de dollars, le coût du retour de Moscou sur le devant de la scène mondiale.

L’aventure ukrainienne de la Russie portait en elle un caractère circonstanciel et ressemblait à une improvisation. Les résultats de cette opération ont bouleversé les relations du Kremlin surtout avec les pays occidentaux, et on se demande si au départ, ce n’était pas le but recherché par Moscou qui misait sur la mobilisation patriotique face à la crise économique croissante. En septembre 2015, la Russie a entrepris une sorte de fuite en avant en s’engouffrant dans la guerre civile en Syrie. On peut supposer que par cet acte, Moscou cherchait surtout à intimider l’Occident par la puissance de ses armements, mais l’armée russe s’est très vite enlisée en Syrie dans une guerre interminable. Les contorsions du Kremlin, qui cherche à trouver un dénominateur commun en Syrie avec l’Iran (décidé à défendre ses coreligionnaires), et la Turquie résolue à faire tomber Bachar al-Assad) ne semblent guère convaincantes dans le mesure où la Syrie est objectivement condamnée à un démembrement.