International

Pour la première fois (et peut-être la dernière), la saga britannique autour du Brexit n’aura pas réservé de surprise renversante aux Européens. Malgré les garanties obtenues in extremis de la part de l’Union européenne sur son accord de Brexit, la Première ministre britannique Theresa May n’a pas déjoué les pronostics et s’est vue infliger un camouflet par les députés de Westminster. Ce rejet attendu de l’accord de retrait – le seul possible, aux yeux de l’Union – laisse envisager le développement de plusieurs scénarios au Royaume-Uni et condamne les Vingt-sept à l'attente. “J’urge le Royaume-Uni à clarifier ses intentions le plus vite possible”, a notamment déclaré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. “La balle est plus que jamais dans le camp des Britanniques”, a également estimé le Premier ministre belge Charles Michel.

(...)