International

L'ambassadeur des États-Unis à Kinshasa, Mike Hammer, a protesté samedi contre la coupure internet en République démocratique du Congo (RDC), qui pénalise les entreprises du secteur numérique. "20 jours sans internet sont 20 jours de trop. Il doit être rétabli maintenant. Les démocraties s'épanouissent et les sociétés prospèrent quand les gens sont informés et peuvent communiquer librement", a écrit M. Hammer sur Twitter.

L'accès internet et les SMS sont coupés en RDC depuis le 31 décembre, au lendemain des élections générales, sur la demande des autorités.

Les start-up congolaises sont pénalisées par cette coupure, selon une étude de l'association Silikon Bantu parvenue à l'AFP.

Silikon Bantu, qui regroupe une vingtaine d'entrepreneurs congolais actifs dans les nouvelles technologies numériques, a fait état d'une "perte des recettes de l'ordre de moins 10%".

Emart.cd, une plateforme e-commerce de vente de provisions alimentaires, qui "réalisaient 60 à 70 livraisons par jour en moyenne, n'en effectue plus que deux à trois par jour", détaille cette étude.

De même, "Baziks, une plateforme de streaming musical sur internet qui réalisait 100 abonnements par semaine n'en réalise plus que 15 en moyenne, et cela affecte aussi négativement la campagne de financement participatif (crowndfunding) qu'elle avait lancée", ajoute Silikon Bantu, dont les locaux sont installés dans de vastes hangars à Kinshasa.

"Des start-up qui avaient entamé le développement de leurs plateformes (applications) (...) ne savent plus assurer leur back-office, faute d'accessibilité", déplore l'étude.

Aucune date n'a été donnée pour le rétablissement d'internet en RDC.