International La compagnie aérienne néerlandaise KLM a interdit les bagages en soute sur son vol Le Caire-Amsterdam de vendredi, après que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne eurent ouvertement évoqué la piste d'une bombe à bord de l'avion russe qui s'est écrasé samedi dans le Sinaï.

"Sur la base d'informations nationales et internationales, et par précaution, KLM n'autorisera pas les bagages en soute", a indiqué la compagnie. L'avion a atterri à Amsterdam à 07H42 (06H42 GMT).


Les Britanniques attendent d'être rapatriés

Des milliers de touristes britanniques attendaient vendredi de pouvoir quitter Charm el-Cheikh par des vols spéciaux, six jours après le crash d'un avion russe en Egypte pour lequel la thèse de l'attentat à la bombe semble de plus en plus probable. Illustrant la nervosité des compagnies aériennes, la néerlandaise KLM a interdit "par précaution" les bagages en soute sur son vol Le Caire-Amsterdam vendredi, après que Londres et Washington ont ouvertement évoqué la piste d'une bombe à bord de l'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet qui a explosé en vol avec ses 224 occupants dans le Sinaï le 31 octobre.

Selon l'aviation civile égyptienne, 29 vols étaient prévus dans la journée pour rapatrier les touristes britanniques de Charm el-Cheikh, la station balnéaire de l'est de l'Egypte d'où avait décollé l'avion avant le crash dont le groupe djihadiste Etat islamique (EI) s'est dit responsable.

Néanmoins, l'une des compagnies britanniques censées ramener les quelque 20.000 vacanciers, EasyJet, a affirmé que les autorités égyptiennes avaient suspendu les atterrissages de ces compagnies à Charm el-Cheikh. "Cela veut dire que 8 des 10 vols d'EasyJet prévus (vendredi) ne vont plus pouvoir opérer", a-t-elle dit dans un communiqué sans préciser les raisons de cette interdiction. Elle a ajouté "travailler avec le gouvernement britannique pour trouver une solution" ainsi que sur "un plan d'urgence" lui permettant d'opérer une fois obtenue la permission de voler.

En fin de matinée, les voyageurs britanniques embarquaient à bord deux avions d'EasyJet qui devaient décoller incessamment, selon un journaliste de l'AFP sur place. Des centaines de touristes russes patientaient pour leur part dans des files d'attente au milieu de leurs bagages devant les comptoirs d'embarquement des compagnies charter russes.

Plusieurs compagnies étrangères ont suspendu leurs vols vers et en provenance de Charm el-Cheikh alors que la France et la Belgique ont "déconseillé" à leurs ressortissants de s'y rendre, après les déclarations jugeant probable la thèse de l'attentat.