International

L'Airbus A321 qui s'est écrasé en Egypte était en "excellent état", a affirmé lundi la compagnie aérienne russe qui exploitait l'appareil, estimant que seul un facteur "extérieur" pouvait expliquer le crash qui a fait 224 morts.

Les responsables de la compagnie aérienne Metrojet n'ont pas précisé de quel type d'"action extérieure" il pouvait s'agir alors que la branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique a revendiqué la destruction de l'Airbus samedi, suscitant le scepticisme des autorités russes et des experts militaires et aéronautiques.

Interrogés par l'AFP, les experts excluent en effet que l'EI dispose des moyens militaires nécessaires pour abattre un avion de ligne à 9.000 mètres d'altitude, mais ils refusent d'exclure, avant que les boîtes noires aient parlé, qu'une bombe ait pu exploser à bord ou que l'avion ait pu être touché par un missile tiré depuis le sol alors qu'il était descendu plus bas que son altitude de croisière.

L'Airbus A321-200 de la compagnie charter Metrojet, qui s'est écrasé à l'aube samedi dans le désert égyptien du Sinaï, avait décollé de la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh à destination de Saint-Pétersbourg. Les 224 passagers qui se trouvaient à son bord ont perdu la vie.


Pas de signe d'un acte terroriste pour l'instant

Le chef du renseignement américain James Clapper a indiqué lundi à Washington qu'il n'y avait "pas de signe pour l'instant" qu'un acte terroriste était à l'origine du crash de l'avion russe dans le Sinaï. Le directeur national du renseignement (DNI) James Clapper a estimé également "improbable" que le groupe Etat islamique ait les moyens d'abattre un avion commercial en vol, ajoutant toutefois qu'il ne pouvait pour autant "l'exclure" complètement.


Théorie contradictoire

Allant à l'encontre des informations de la compagnie aérienne Metrojet, plusieurs éléments relayés par des médias tels que De Morgen, Nieuwsblad et The Guardian, font état d'un appareil défectueux: l'Airbus était âgé de plus de 18 ans et avait effectué près de 21.000 vols pour 56.000 heures dans les airs. En plus, l'appareil a déjà été impliqué dans un accident en novembre 2001, après un atterrissage mal négocié au Caire. Et le système de pressurisation situé à l'arrière aurait pu être endommagé.

Interrogée par la chaîne de télévision russe NTV, la femme du copilote de l'avion a également évoqué un coup de téléphone inquiétant. Son mari lui aurait confié ses craintes par rapport à l'état technique de l'appareil juste avant le décollage.


Rapatriement des victimes

A Saint-Pétersbourg, d'où était originaire la majorité des 224 passagers et membres d'équipage morts dans le nord du Sinaï égyptien, les familles des victimes ont commencé lundi après-midi à identifier les 140 corps arrivés le matin même dans l'ancienne capitale impériale.

"La procédure d'identification a débuté. C'est un travail long et laborieux qui durera aussi longtemps que nécessaire", a affirmé à l'AFP Igor Albine, le vice-gouverneur de Saint-Pétersbourg.

Un second appareil transportant les restes d'autres victimes de la pire catastrophe aérienne ayant touché la Russie doit par ailleurs décoller lundi soir à 18H00 GMT du Caire, selon le ministère russe des Situations d'urgence.


Des corps retrouvés loin du site du crash

Sur les lieux du crash, au milieu de la province du Nord-Sinaï, un journaliste de l'AFP a vu dimanche d'innombrables petits débris noircis de l'avion éparpillés sur le sol aride. Aucun corps n'était visible mais des soldats surveillaient une dizaine de sacs noirs, rouges et orange.

Selon un officier égyptien qui participe aux recherches, certains morceaux de corps ont été retrouvés "loin du site du crash" et les recherches étendues à un périmètre de 40 km autour du site, contre 15 auparavant.

Une enquête a par ailleurs aussi été ouverte en Russie et les locaux de la compagnie et du tour-opérateur perquisitionnés, tandis que des enquêteurs français, allemands et irlandais doivent participer à l'enquête en Egypte - une procédure habituelle pour tous les incidents impliquant un Airbus.