International

Six membres du Parlement européen, qui se sont rendus en Syrie du 10 au 12 mars, encouragent leur institution à reprendre et à normaliser ses relations avec les autorités et le Parlement syriens. 

Ces six députés européens, appartenant à six groupes parlementaires différents, ont pu se rendre à Alep et Damas et rencontrer des hauts responsables politiques et militaires syriens, dont le président Bachar al Assad. L'objectif (du voyage) était d'évaluer comment "bâtir des ponts entre l'Union européenne et le gouvernement syrien afin de promouvoir un dialogue inclusif parmi toutes les parties au conflit", ont précisé ces députés, tous membres du Groupe de soutien au processus de paix en Syrie, dans un communiqué publié mercredi suite à une conférence de presse tenue à Strasbourg.

"Le débat sur le conflit en Syrie a été largement insuffisant au sein du Parlement européen", ont-ils souligné. Or, "il est très important qu'un tel débat ait lieu afin d'alimenter le processus de décision de la politique étrangère" de l'Union. Pour ce faire, il faut "des informations de première main" glanées auprès de toutes les parties au conflit, "à l'exclusion des groupes terroristes", ajoutent-ils.

Les députés se disent "surpris" par les déclarations des représentants du Croissant rouge arabe syrien à Alep et des autorités religieuses locales, selon lesquelles "aucune aide humanitaire de l'UE n'a atteint la ville ou les zones contrôlées par le gouvernement syrien".

Néanmoins, les membres de cette délégation parlementaire recommandent d'ores et déjà une levée des sanctions unilatérales prises par l'Union européenne contre la Syrie, lesquelles "affectent gravement les gens ordinaires et ne contribuent pas à une réelle solution au conflit". Ils appellent aussi les membres de l'UE à restaurer leurs relations diplomatiques et à établir une mission de l'Union en Syrie.