International

Sollicitée par la justice congolaise, la justice belge a confirmé que le candidat à la présidentielle Félix Tshisekedi, sorti vainqueur des urnes selon une annonce controversée de la Commission électorale (Céni), avait bien eu recours à une fausse attestation de diplôme lorsqu'il s'est porté candidat aux élections, a affirmé vendredi la VRT. La Libre avait déjà dévoilé le faux le 8 janvier dernier, après avoir interrogé l'Institut des carrières commerciales (ICC) où le fils d'Etienne Tshisekedi aurait réussi un graduat que l'établissement n'organise pas.

Le parti de M. Tshisekedi avait réagi en assurant que le document n'avait pas été utilisé dans le cadre de la candidature présidentielle. Or selon la VRT, il l'a bien été. Suspicieux, le parquet général de la Cour d'appel de Matete (Kinshasa) a même envoyé une commission rogatoire internationale en août dernier à la justice belge pour l'aider à vérifier l'authenticité du document.

Le 21 novembre dernier, soit un mois avant les élections, les Affaires étrangères belges ont remis les conclusions judiciaires aux autorités congolaises. La direction de l'établissement scolaire y confirme le faux et y ajoute le dossier complet de l'étudiant Tshisekedi. Il y est mentionné que l'intéressé a été inscrit à l'ICC pendant une vingtaine d'années, mais n'a jamais présenté suffisamment d'examens satisfaisants pour passer à une année supérieure.

Les cabinets des ministres des Affaires étrangères Didier Reynders et de la Justice Koen Geens ont confirmé à la VRT que la justice belge avait aidé la justice congolaise dans ce dossier.