International

Bienvenue dans la première vraie ville frontalière". Coldstream, bourgade de deux mille âmes située à 80 kilomètres au sud-est d’Edimbourg, s’enorgueillit d’être la première étape écossaise de ceux qui, venant du nord-est de l'Angleterre, ont traversé le pont de pierre enjambant la rivière Tweed. Celui-là même qu’emprunta le poète écossais Robert Burns, en 1787. Une fois en Angleterre, rappelle un panneau, il se tourna vers l’endroit d’où il venait pour déclamer la fin d’un de ses poèmes  :“O Scotia, ma chère terre natale”.

Comme le poète, Coldstream s’affiche fièrement écossaise. Mais tout aussi fièrement britannique  : les Anglais du Northumberland voisin, dont on aperçoit les collines du point de vue qui domine la Tweed, n’y sont pas vus comme "les oppresseurs de Westminster", mais comme des proches. Aussi, dans cette pittoresque localité, la perspective d’une Ecosse indépendante ne soulève-t-elle pas un fol enthousiasme.

La suite à découvrir dans la Sélection LaLibre.be (seulement 4.83€ par mois)