International

Les recherches déclenchées après l'avalanche, qui s'est abattue mardi sur une piste de ski de Crans-Montana (VS), ont été interrompues mercredi matin. Aucune autre victime n'a été retrouvée, a indiqué la police cantonale valaisanne.

Une dizaine de personnes ont été emportées mardi par une avalanche sur une piste de la station de ski des Alpes suisses de Crans-Montana (sud), a déclaré le responsable de la commune.

L'accident est survenu vers 14h15 (13h15 GMT) dans le secteur de la Plaine-Morte, a tweeté la police du canton du Valais, évoquant prudemment "plusieurs personnes ensevelies".

Mais le président de la commune de Crans-Montana, Nicolas Féraud, a déclaré aux médias suisses qu'"entre dix et douze personnes" ont été emportées par la coulée de neige.

Selon le journal valaisan Le Nouvelliste, l'avalanche a traversé le bas de la piste Kandahar de la Plaine Morte et l'a recouverte sur trois à quatre cents mètres.

Des membres des colonnes de secours, joints par le quotidien, ont expliqué que la couche de neige atteignait plus de 2 mètres, ce qui compliquait les recherches. En outre, les skieurs ensevelis se trouvaient sur une piste balisée et n'étaient sans doute pas équipés de détecteurs utilisés par les amateurs de hors piste.

"Il peut y en avoir quinze comme zéro", a déploré un membre de la colonne de secours joint par Le Nouvelliste. Les recherches sont rendues très difficiles par la neige "très compacte", a-t-il dit, ajoutant que les chiens n'avaient trouvé personne après un premier passage.

Plusieurs témoins cités par le journal affirment que quatre personnes auraient été extraites de l'avalanche, mais sans pouvoir préciser leur état de santé.

La Plaine-Morte, qui culmine à près de 3.000 mètres, est le secteur skiable le plus élevé de la station, probablement très fréquentée en cette semaine de congés scolaires.

Risque d'avalanche 2 sur 5

Dans un communiqué, le Département de la communication de Crans-Montana a simplement indiqué que l'avalanche s'était produite "sur la piste Kandahar au lieu-dit Passage du Major" et que "l'alarme a été donnée à 14h23 (13h23 GMT) par un patrouilleur". "En l'état actuel, la société (de Crans-Montana) ne peut confirmer d'éventuelles victimes".

Le site internet du domaine skiable indique que le risque d'avalanche était de 2 sur une échelle graduée de 1 à 5.

Une avalanche sur une piste balisée est très rare, car elles touchent le plus souvent des zones hors piste.

"On ne sait pas encore si l'avalanche est partie toute seule ou si elle a été déclenchée par des skieurs, ou une chute de blocs de pierre", a commenté l'expert nivologue suisse Robert Bolognesi, cité par le quotidien 20 Minutes.

Selon ce média, les remontées mécaniques vers la zone de l'accident devaient fermer plus tôt que prévu, à 14h45.

"Il arrive que les pistes ferment en début ou en milieu d'après-midi en cas de risque d'avalanche, quand il fait chaud", a souligné M. Bolognesi. "Mais généralement, ça n'arrive pas avant le mois de mars ou avril. Aujourd'hui, cela indiquerait que la zone était effectivement déjà très surveillée."

La neige humide emportée par l'avalanche est dense, rappelle de son côté Pierre Huguenin, responsable pour le Valais de l'Institut pour l'étude de la neige et des avalanches.

"Dans ce genre de conditions, les recherches sont plus compliquées", explique-t-il au journal Le Temps. Or les chances de survie dépendent en effet du temps passé enseveli sous la neige. Selon les statistiques de cet Institut, après 15 minutes, les chances de s'en sortir vivant n'avoisinent plus que les 50%.