International

Plus de septante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la traque des derniers criminels du IIIe Reich divise ceux qui ont consacré leur vie à ce combat. Les chasseurs de nazis espéraient décrocher plusieurs victoires judiciaires cette année. Ils ont dû déchanter.

Helmut Oberlander, 92 ans, traducteur pour un escadron de la mort nazi, a remporté le mois dernier un difficile bras de fer face aux autorités canadiennes. La Cour suprême du Canada, où il vit depuis soixante ans, a finalement refusé d’entendre l’appel du gouvernement fédéral, qui souhaitait révoquer sa citoyenneté et l’expulser. Né en Ukraine, il avait, lors de son arrivée outre-Atlantique, caché son rôle.

Fin février, Hubert Zafke, médecin SS au camp d’Auschwitz, devait être jugé en Allemagne pour complicité dans la mort d’au moins 3 681 personnes. Le prévenu, 95 ans, n’a pu venir à l’audience à cause de son état de santé, le procès a été suspendu.

Seule victoire : le 17 juin, Reinhold Hanning, ancien chef junior d’un escadron SS à Auschwitz, a été condamné à cinq ans de prison pour avoir participé à l’assassinat de 170 000 personnes. Un autre procès devrait s’ouvrir dans les mois à venir en Allemagne : celui d’Helma Kissner, 92 ans, ex-opératrice radio à Auschwitz.

"Pour lutter contre le négationnisme"

Poursuivre des individus en fin de vie, pour des crimes commis il y a plus de septante ans, ne fait pas l’unanimité. "On se retrouve dans les tribunaux face à des criminels qui ont entre 90 et 100 ans et qui occupaient des fonctions subalternes dans les camps", confie Serge Klarsfeld, avocat et historien franco-israélien. "On les condamne sans savoir ce qu’ils ont fait exactement, la plupart des témoins de ces crimes sont morts. Et ils écopent de peines légères, que leur état de santé ne leur permet de toute façon pas de réaliser." Pour cet ex-chasseur de nazis, les individus qui mériteraient d’être poursuivis sont les criminels haut placés dans les instances du IIIe Reich, les cerveaux de cette machine génocidaire, tous morts selon lui.

(...)