International

Le Sénat français a adopté, à son tour, vendredi, le projet de loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels, qui va désormais retourner à l'Assemblée nationale pour une deuxième lecture avant adoption définitive, malgré la combativité de la droite et des manifestations de rue.

A l'issue de plus d'une semaine de débats intenses, parfois virulents, les sénateurs ont voté à main levée le texte, qui va retourner à l'Assemblée nationale pour une seconde lecture, le Sénat ayant introduit quelques précisions dans le texte voté par l'Assemblée.

Le premier article, le plus important, qui ouvre le mariage et l'adoption aux couples de même sexe, a été voté "conforme", c'est-à-dire dans les mêmes termes qu'en février lors de la première lecture à l'Assemblée nationale. Sauf surprise, cet article est donc définitivement adopté.

"Il y a en chacun d'entre nous une émotion profonde qui emplit l'hémicycle lui-même et nous ressentons le climat qui nous enveloppe en ce moment. Vous avez renforcé le pacte républicain, nous reconnaissons simplement la pleine citoyenneté des couples homosexuels", a déclaré la ministre de la Justice Christiane Taubira à l'issue du vote.

La droite portée par les manifestations de rue des opposants --une nouvelle était programmée en soirée dans le quartier du Sénat-- a mené une guérilla parlementaire, dénonçant inlassablement le texte en multipliant les interventions face à une gauche qui avait choisi de limiter les siennes pour ne pas ralentir la discussion.

"Vous ajoutez une rupture sociétale à une crise sociale, ne croyez pas que le vote de la loi effacera cette rupture", a prévenu l'ancien Premier ministre de droite Jean-Pierre Raffarin.

Le Sénat a précisé juridiquement le texte issu de l'Assemblée nationale en votant un article qui consacre un principe général d'égal traitement entre époux ou parents homosexuels ou hétérosexuels.

Il a simplifié les dispositifs de célébration du mariage et garanti que des adoptions successives ne conduisent pas à des pluri-parentalités. Pour le nom de famille, il a établi la règle traditionnelle d'attribution sauf en cas de désaccord où l'enfant recevra le nom des deux parents accolés dans l'ordre alphabétique.

L'égérie des opposants au mariage homosexuel Frigide Barjot a d'ores et déjà appelé à une nouvelle manifestation nationale le 26 mai.