International

Imaginez, en pleine crise des gilets jaunes, le maire d'une ville de près de 500 000 habitants se grimer pour se balader incognito au cœur d'une manif. C'est ce qu'a fait Jean-Luc Moudenc. Le maire LR de Toulouse s'est incrusté début décembre dans un cortège toulousain en se rendant «invisible». «J'ai mis une tenue de motard pour m'anonymiser et m'infiltrer 10 minutes dans les groupes violents pour voir leur mode opératoire et leur composition», nous confie-t-il, seulement reconnu par un journaliste local.

«J'ai été frappé par le mano a mano entre extrémistes de gauche et de droite, unis pour lancer des projectiles contre les forces de l'ordre. Jamais je n'avais vu ça ! La phrase "les extrêmes se rejoignent" a pris tout son sens sous mes yeux», poursuit ce proche d'Edouard Philippe et membre de La France audacieuse, l'association de Christian Estrosi. «J'ai vu l'hétérogénéité de la composition des groupes violents, chacun étant reconnaissable par des codes vestimentaires différents, ainsi que l'efficacité très élaborée de leur "équipement" d'attaque et de leur protection contre les gaz», dit-il encore avoir constaté. Mais il n'a pas poussé l'expérience jusqu'à se faire interpeller.

(Extrait de Chez Pol, la newsletter politique quotidienne de Libération)