International

Depuis 2005, Serge Atlaoui est emprisonné en Indonésie pour trafic de drogue. Cet artisan soudeur affirme qu'il n'a fait qu'installer des machines industrielles dans ce qu'il croyait être une usine d'acrylique, et qui abritait en réalité une fabrique clandestine d'ecstasy. Le Français, originaire de Metz, n'a cessé de clamer son innocence, affirmant qu'il n'était pas au courant de cette production de drogue.

Depuis la condamnation à la peine capitale de son mari en 2007, Sabine Atlaoui se bat pour éviter qu'il ne soit exécuté. De passage à Bruxelles, elle nous a accordé un entretien. Sabine Atlaoui est l'Invitée du samedi de LaLibre.be.