Joseph Kabila a nommé son gouvernement

AFP Publié le - Mis à jour le

International Le gouvernement nommé par Joseph Kabila, qui a succédé le 26 janvier à son père assassiné, compte 25 ministres et 12 vice-ministres, selon un décret présidentiel lu à la télévision officielle de Kinshasa. Le président, âgé de 29 ans, n'avait pas remanié jusqu'à présent le gouvernement légué par son père, victime d'un attentat le 16 janvier dans le palais présidentiel à Kinshasa.

En l'absence de toute disposition constitutionnelle sur la désignation du chef de l'Etat, ce gouvernement avait porté le général-major, alors commandant en chef de l'armée de terre, à la tête de la RDC après l'attentat son père.

CEUX QUI PARTENT

Le ministre d'Etat sortant aux Affaires intérieures, Gaétan Kakudji, numéro deux du régime selon l'ordre protocolaire du gouvernement sortant, n'a pas été reconduit dans ses fonctions et quitte le gouvernement. Kakudji est un cousin de Laurent-Désiré Kabila.

Il est en de même pour le ministre d'Etat à l'Education nationale, Abdoulaye Yerodia, et le ministre d'Etat sans portefeuille Pierre-Victor Mpoyo, collaborateurs de Laurent-Désiré Kabila depuis que ce dernier avait pris le pouvoir à Kinshasa en mai 1997.

Le ministère délégué à la Défense nationale change également de titulaire. Godefroid Tcham'lesso, autre proche du défunt président, est remplacé par le vice-ministre sortant aux Affaires étrangères, Irung Awan.

Un autre proche du défunt président, le ministre sortant de l'Elevage, Mawampanga Mwana Nanga, qui a longtemps occupé le ministère des Finances, quitte lui aussi le gouvernement, tout comme le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Dominique Sakombi, remplacé par l'ambassadeur de RDC au Zimbabwe, Kikaya Bin Karubi.

TORPEUR ET DESARTICULATION

Le puissant ministère d'Etat aux Affaires intérieures a été scindé en deux ministères. L'un est chargé de la "Sécurité nationale et de l'Ordre public". Il est confié à Mwenze Kongolo, ministre de la Justice du gouvernement sortant et qui figurait parmi les hommes de confiance de l'ancien président. Le second ministère, en charge de l'Intérieur, revient au vice-ministre sortant de l'Ordre public, Mira Ndjoku, ancien officier de l'armée du maréchal Mobutu.

Le ministre des Affaires étrangères, Léonard she Okitundu, conserve lui son poste et devient le premier dans l'ordre protocolaire du nouveau gouvernement.

Le ministre du Plan et de la Reconstruction, le général Denis Kalumé, garde lui aussi son ministère.

Kabila, qui exerce également les fonctions de chef du gouvernement, avait limogé le gouvernement le 4 avril "au regard de la torpeur et de la désarticulation observées dans l'activité publique depuis un certain temps".

AFP

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Diplôme de Félix Tshisekedi: la Belgique a confirmé le faux à la RDC

    Sollicitée par la justice congolaise, la justice belge a confirmé que le candidat à la présidentielle Félix Tshisekedi, sorti vainqueur des urnes selon une annonce controversée de la Commission électorale (Céni), avait bien eu recours à une fausse ...

  2. 2
    Le "shutdown" vire au règlement de compte entre Donald Trump et Nancy Pelosi

    Donald Trump a informé jeudi Nancy Pelosi, leader démocrate du Congrès, qu'il avait annulé un de ses déplacements à venir à l'étranger, soulignant dans un courrier chargé d'ironie qu'il serait préférable qu'elle reste travailler à Washington. Cette ...

  3. 3
    Attablé dans un restaurant parisien, il se retrouve au téléphone avec... Donald Trump

    Un journaliste du "Washington Post" a eu une agréable surprise au cours du repas...

  4. 4
    Vidéo
    Le gouvernement congolais répond à l'Union africaine: "Elle n'a pas à dicter sa conduite à la Cour constitutionnelle"

    La République démocratique du Congo a été prise de court par l'Union africaine (UA) qui a annoncé l'envoi d'une délégation de haut niveau à Kinshasa en demandant à la Cour constitutionnelle la "suspension" de la proclamation des résultats ...

  5. 5
    Vidéo
    En Afghanistan, des touristes "naïfs et inconscients" adeptes du couchsurfing

    Le Néerlandais Ciaran Barr souhaitait une expérience "authentique" pour son voyage en Afghanistan, en guerre depuis bientôt quatre décennies. En dépit des risques, il a décidé de visiter le pays en routard et de loger chez l'habitant via le site ...

cover-ci

Cover-PM