International

Selon le site spécialisé SITE, l'agence de propagande Amaq a indiqué que Chérif Chekatt était "un soldat de l'Etat islamique".

Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat du marché de Noël à Strasbourg a été tué par les forces de l'ordre jeudi soir dans le quartier du Neudorf, là où sa trace avait été perdue après son équipée sanglante mardi. Un très important dispositif de police avait été déployé jeudi soir.

"Il a tiré sur une équipe de trois policiers qui a riposté et l'a abattu", a indiqué le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner.

S'il a pu être retrouvé, c'est grâce au témoignage d'une dame qui a aperçu "un homme ressemblant au suspect blessé au bras".

Des dizaines de véhicules de police ont alors convergé autour de la rue Lazaret, où Chérif Chekatt a été abattu. Les forces de l'ordre ont été applaudies par les badauds rassemblés au niveau du périmètre de sécurité. "Bravo !!!" ont lancé certains d'entre eux.

Quelques minutes auparavant, un hélicoptère doté d'un puissant projecteur a survolé le quartier du Neudorf.

Plus de 700 membres des forces de l'ordre étaient à la recherche du suspect depuis l'attentat et plusieurs opérations de police avaient déjà eu lieu au Neudorf, quartier du sud de Strasbourg, où Chérif Chekatt, 29 ans, a grandi.

"Un soldat de l'Etat islamique"

L'auteur de l'attaque à Strasbourg est un "soldat" du groupe Etat islamique (EI), a annoncé jeudi son média de propagande Amaq.

Selon ce communiqué, cité par le groupe de surveillance des réseaux extrémistes SITE, Chérif Chekatt "faisait partie des soldats de l'Etat islamique et il a mené cette opération en réponse à l'appel à viser les citoyens (des pays) de la coalition internationale" qui combat l'EI en Syrie et en Irak.

Macron remercie les services mobilisés

"Merci à l'ensemble des services mobilisés, policiers, gendarmes et militaires. Notre engagement contre le terrorisme est total", a tweeté Emmanuel Macron, qui selon l'Elysée a suivi "en temps réel les dernières évolutions".

3 personnes toujours entre la vie et la mort

Mardi soir, peu avant 20h, il avait pénétré dans le centre historique de la ville au coeur du marché de Noël et avait ouvert le feu à plusieurs reprises sur les passants. Porteur d'une arme de poing et d'un couteau, il a ensuite échangé des tirs avec les forces de l'ordre, qui l'ont blessé au bras, avant de réussir à s'enfuir en taxi. Des témoins l'avaient entendu crier "Allah Akbar".

Trois personnes sont toujours entre la vie et la mort, et trois blessés sont sortis de l'hôpital, a indiqué Christophe Castaner lors d'un premier point presse à la préfecture , où il était arrivé jeudi en début de soirée, annonçant la réouverture vendredi du marche de Noël de la ville fermé depuis mardi soir.

Cinq des proches de Chérif Chekatt ont été placés en garde à vue: ses parents et deux de ses frères dès mercredi, et un autre membre de son entourage jeudi. D'après plusieurs sources, un autre frère, fiché S, a été interpellé en Algérie.

Mardi matin, quelques heures avant l'attentat, Chérif Chekatt devait être interpellé par les gendarmes dans le cadre d'une enquête de droit commun, mais avait échappé à cette arrestation.

© AFP

Deux nouvelles personnes en garde à vue, sept au total

Deux personnes de l'entourage de l'assaillant de l'attentat de Strasbourg, tué jeudi soir par la police après deux jours de traque, ont été placées en garde à vue la nuit dernière portant le total à sept garde à vue, a annoncé vendredi le procureur de Paris, Rémy Heitz. Il s'agit des "quatre membres de sa famille, placés en garde à vue dans la nuit de mardi à mercredi dernier, et trois membres de son entourage proche, dont un placé en garde à vue hier matin et deux cette nuit", a déclaré le magistrat antiterroriste. "L'enquête va désormais se poursuivre pour identifier d'éventuels complices ou coauteurs susceptibles de l'avoir aidé ou encouragé dans la préparation de son passage à l'acte", a-t-il ajouté.