International

L'état de santé de Benoît XVI "s'est détérioré de manière très rapide ces dernières semaines", affirme la journaliste espagnole spécialisée dans les affaires vaticanes, Paloma Gómez Borerro, .

Alors qu'elle présentait son livre "De Benoît à François. Le conclave du changement", la reporter a expliqué que "Benoît XIV souffre de quelque chose de très grave. En quinze jours, son état physique s'est très rapidement détérioré. Ce sont les nouvelles dont je dispose", comme le rapporte le quotidien El Mundo.

D'après elle, le prédécesseur de François ne logera plus très longtemps au monastère Mater Ecclesiae, situé à l'intérieur du Vatican, et dont les travaux de rénovation prendront fin en mai. Elle précise également que "nous ne verrons plus beaucoup Benoît XVI à partir de maintenant", comme le souligne également Le Figaro.

Le Vatican dément

Le Vatican a démenti jeudi que le pape Benoît XVI, apparu très fatigué lors de sa rencontre fin mars avec son successeur, ait une maladie grave, coupant court à des rumeurs circulant dans la presse espagnole. Lors de la rencontre avec le pape François, le 24 mars à Castel Gandolfo, Joseph Ratzinger était apparu fatigué, marchant à pas lents, appuyé sur une canne derrière son successeur, bien plus mobile et en forme.

Une vaticaniste espagnole a depuis assuré que le pape émérite était atteint d'une maladie grave, sans plus de précision. Interrogé à ce sujet par la presse, le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, a affirmé que cette journaliste avait "commencé à spéculer" après avoir vu ces images du pape émérite. "A son âge, le pape a assumé un pontificat très difficile. Aussi, il est marqué comme une personne âgée qui a travaillé dur", a expliqué le père Lombardi.

Benoît XVI aura 86 ans le 16 avril prochain. Depuis qu'il a démissionné le 28 février, il n'apparaît plus en public, reclus dans le palais de Castel Gandolfo. Il doit s'installer au monastère Mater Ecclesiae, au coeur du Vatican, au mois du mai, une fois les travaux de rénovation finis. Bien avant l'annonce de sa démission, des spéculations revenaient régulièrement dans les médias sur une possible maladie grave --cancer, graves troubles cardiaques-- dont le pape souffrirait.

Le père Lombardi avait constamment démenti, reconnaissant seulement une profonde fatigue qui se serait renforcée au cours de l'année 2012, surtout après le voyage à Cuba et au Mexique au printemps.