International Les injures à l’égard du philosophe Alain Finkielkraut ont suscité l’indignation.

C’est sans doute l’agression de trop. Les insultes qui rendent désormais impossible le déni face à la gravité de la montée de l’antisémitisme en France. Samedi, dans le XIVe arrondissement de Paris, le philosophe Alain Finkielkraut a été victime d’injures alors qu’il croisait par hasard une manifestation des "gilets jaunes". "Barre-toi, sale sioniste de merde", "Sale juif", "Retourne à Tel Aviv", lui ont lancé des manifestants, au long d’invectives suintant la haine. Les forces de police ont dû s’interposer pour protéger l’académicien. "J’aurais eu peur s’il n’y avait pas eu les forces de l’ordre, heureusement qu’elles étaient là", a plus tard témoigné Finkielkraut.

Si ce grave incident a tant choqué, c’est aussi qu’il fait suite à d’autres, qui se sont multipliés au cours des derniers jours.

(...)