International La Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (Monusco) a appelé les autorités congolaises à respecter les libertés fondamentales, après la répression jeudi d'une d'une marche de protestation de chrétiens à Kinshasa, la capitale congolaise.

Dans un communiqué parvenu samedi à l'agence Belga, la Monusco s'est déclarée "préoccupée par les restrictions aux libertés fondamentales" et a "exhorté" les autorités congolaises à "respecter la liberté de réunion et d'expression, ainsi que le droit à l'intégrité physique et à la liberté et sécurité de la personne, conformément à la Constitution et aux engagements internationaux de la République démocratique du Congo".

La Monusco note également avec inquiétude la fermeture de plusieurs chaînes de radio et télévision par les autorités.

La police a dispersé jeudi à Kinshasa, parfois à coups de gaz lacrymogènes, une marche des chrétiens qui entendaient notamment protester contre les résultats des élections du 28 novembre dernier.

Par ailleurs, la Monusco ajoute dans son communiqué noter avec satisfaction la tenue, jeudi également, de la première session plénière de l'Assemblée nationale issue des élections du 28 novembre dernier. A cet égard, la mission onusienne appelle tous les partis politiques à "respecter le processus démocratique" et à "participer pleinement au bon fonctionnement des institutions de gouvernance".