International

Imitant les polices religieuses des pays musulmans, ils tentent de faire respecter la loi coranique dans les rues de Wuppertal.

La nuit, surtout le week-end, ils arpentent les rues de la ville allemande de Wuppertal. Eux, ce sont les membres de l'auto-proclamée "police de la charia". Un groupe de musulmans salafistes qui, selon nos confrères du Figaro, passent leur vendredi et samedi soir à recruter des adeptes, mais aussi à faire régner la "loi islamique" dans les rues de la ville en appelant leurs "frères" à bannir les jeux d'argent, l'alcool, la drogue ou la prostitution du programme de leur soirée.

À l'image des polices religieuses qui existent dans certains pays musulmans, la bande emmenée par Abou Adam - un ex-pompier libéré de prison faute de preuves après avoir incité des jeunes à embrasser la cause jihadiste - tente donc d'instaurer la charia à Wuppertal. Une énième provocation pour les salafistes allemands qui enchaînent, en vrac, les distributions de Corans sur les marchés, les bagarres avec la police ou les vidéos appelant à "couper la main des voleurs".

Face à cette nouvelle trouvaille, la police de Wuppertal semble toutefois désemparée. Hormis de petites amendes administratives, il n'y a légalement pas grand-chose à reprocher à la "police de la charia", qui fait seulement l'objet d'une plainte pour perturbation à l'ordre public. Dans les rangs politiques allemands, certains songeraient déjà à durcir les lois pour éviter à ces "plaisantins" de flirter dangereusement avec la ligne rouge.