International

La vidéo a été filmée avec un téléphone portable. Trente-deux secondes durant lesquelles un groupe de jeunes gens s’amuse. Un garçon à genou imite la prière musulmane. Un autre simule un geste d’égorgement. Une blague d’adolescent, pour se moquer des exécutions perpétrées par Daech. Mais, en Egypte, on ne plaisante pas avec la religion. Les trois adolescents coptes, âgés de 15 à 16 ans, ont été condamnés à cinq ans de prison pour "outrage à l’islam".

Après la révolution de 2011, les inculpations pour blasphème se sont multipliées. L’arrivée au pouvoir des Frères musulmans marquait le retour de l’islam politique et du sectarisme. Trois ans après leur chute pourtant, le nombre de poursuites pour "insulte à l’islam" reste le même. Depuis 2015, douze personnes - chrétiennes, chiites et athées - ont été condamnées à des peines de prison. Onze affaires sont encore en cours.

La suite de cet article est à découvrir dans notre "Sélection Lalibre.be" (à partir de 4,83 euros).