International Muhammadu Buhari, le président nigérian, est en visite chez son homologue camerounais, Paul Biya. L'ennemi de mon ennemi est mon ami.

Le journal burkinabé Le Pays, relayé par Courrier International, nous révèle que les tensions qui opposent le Nigéria et le Cameroun ont été apaisées en raison de la menace commune émanant du groupe terroriste Boko Haram. "Boko Haram a réussi là où les voisins des deux pays, l’Union africaine (UA) et la communauté internationale ont échoué : réconcilier les deux frères ennemis que les prétentions territoriales avaient séparées pendant bien longtemps”, se réjouit le journal burkinabé. Entendons par prétentions territoriales, la lutte pour l'obtention de la presqu'île de Bakassi située à la frontière entre les deux pays.

Pourquoi un tel changement après ce passage de grande inimité ? Simplement parce que la nébuleuse islamiste a revendiqué cinq attentats-suicides sanglants en à peine deux semaines dans la région, rapprochant donc les intérêts communs du Nigéria et du Cameroun. Rien de tel que l'union pour contrer Boko Haram. Paul Biya a d'ores et déjà ordonné le déploiement de 2.000 soldats dans le nord du Cameroun.