International

Récompensée ce jeudi par le prix Sakharov du Parlement européen, Malala est aussi pressentie pour se voir décerner vendredi le prix Nobel de la paix. Mais d’autres noms, parmi les deux cent cinquante-neuf individus ou institutions retenus, circulent également. Citons-en quelques-uns.

Serge Brammertz. Le nom de ce Belge, procureur du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, a été déposé par l’Association des mères de Srebrenica et l’Institut international d’Etudes orientales et balkaniques pour son action en faveur de la réconciliation et la restauration de la confiance entre les différentes communautés touchées par la guerre en ex-Yougoslavie.

Denis Mukwege. Le nom de ce gynécologue congolais revient régulièrement. L’homme, cible d’une tentative d’assassinat en octobre 2012, soigne chaque année des milliers de femmes victimes de viol, utilisé comme une arme de guerre par les groupes armés.

Des militants des droits de l’homme russes ou biélorusses pourraient également retenir l’attention du jury. Mais, comme le note le professeur spécialisé dans la recherche sur la paix à l’université d’Uppsala, Peter Wallensteen, le Comité d’Oslo "aime les surprises". Les pronostics restent donc ouverts !