International Mieux encore, son "conseil de la Couronne" l’a assuré lundi de son soutien inconditionnel… Analyse.

Le pape François est assurément un bon Jésuite… Comme la grande majorité des disciples d’Ignace de Loyola formés par les "bons Pères", il sait faire passer certains messages sans trop y toucher mais n’en vise finalement pas moins dans le mille… Dimanche, lors de l’angélus, tout en se référant aux lectures du jour, l’évêque de Rome s’en est pris au recours banalisé aux injures, sans cependant faire d’allusion directe à deux attaques anonymes dont il a fait l’objet ces derniers jours à Rome.

Les paroles tuent aussi…

A l’occasion de la bénédiction dominicale, le Pape évoquant l’interdiction de tuer n’a, en effet, pas manqué de se référer "à des comportements qui offensent la dignité de l’être humain, dont les paroles injurieuses". On a déjà eu l’occasion d’en parler ici : des affiches courageusement anonymes s’en étaient prises, au cœur de la Ville éternelle, aux décisions papales récentes concernant, notamment, la reprise en main de l’Ordre de Malte mais aussi sa vision de la famille. Celle-ci est jugée bien trop révolutionnaire, depuis les deux synodes consacrés à la problématique, par une frange d’évêques et de cardinaux qui n’ont jamais accepté le choix de Jorge Mario Bergoglio après la démission-surprise de Benoît XVI, voici déjà quatre ans…